Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

7 bonnes pratiques pour simplifier la gestion de son parc informatique

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 18/05/2011 - indexel.net
 
Pratiques-simplifier-gestion-parc-informatique

De la standardisation des configurations à l’automatisation des mises à jour, différentes approches techniques et méthodologiques simplifient la gestion du parc informatique tout en réduisant son coût de fonctionnement.

 

Le prix des équipements informatiques a fortement baissé ces quinze dernières années. À tel point que le modèle économique s'est inversé. Les investissements en matériel ne représentent plus le principal poste du coût total de possession (TCO). Les coûts de licence, la facture électrique et la maintenance sont aujourd'hui des postes budgétaires importants. Voici sept bonnes pratiques pour rationaliser la gestion de votre parc informatique et réduire son coût de fonctionnement.

1. Créer une CMDB

"On ne peut améliorer que ce que l'on sait mesurer." Ce vieux précepte de Lord Kelvin n'est toujours pas d'actualité dans un certain nombre d'entreprises. Pour simplifier et rationaliser la gestion du parc informatique, il faut pourtant commencer par créer une base de données décrivant toutes les entités du système d'information. C'est la fameuse CMDB (Configuration Management Data Base) de la méthode ITIL. Cette base contient des informations techniques (configuration, disponibilité, niveau de service, etc.) et administratives et financières : contrats avec les fournisseurs, licences rattachées au matériel, clé de répartition pour la refacturation interne, etc. Lire aussi : Gestion du système d'information : les PME doivent-elles déployer une CMDB.

2. Automatiser le déploiement des logiciels et des mises à jour

La plupart des logiciels de gestion de parc propriétaires (EasyVista de Staff&Line, Gimi de PCI, LANDesk Management Suite...) ou libres tels que GPLI, permettent de créer une CMDB, de tenir l'inventaire matériel et logiciel à jour, de déployer les logiciels, etc. L'automatisation de la plupart de ces tâches simplifie la gestion quotidienne tout en réduisant les coûts. Pour les entreprises qui ne souhaitent pas déployer d'outil en interne, Dell et Microsoft proposent désormais des outils de gestion de parc hébergés "dans le nuage", c'est-à-dire en mode cloud computing (notre article : Gérer son parc informatique depuis le nuage).

3. Automatiser la gestion des licences

Pierre ChoplainLes inventaires manuels des licences ne fonctionnent pas. Trop compliqués et trop consommateurs en temps. "De nombreuses entreprises paient des licences qu'elles n'utilisent pas. La faute incombe souvent à un inventaire qui n'est pas à jour", confirme Pierre Choplain (photo), dirigeant de l'éditeur PCI spécialisé dans la gestion de parc informatique. La plupart des entreprises achètent donc généralement plus de licences qu'il n'y a d'utilisateurs ! En tenant automatiquement à jour un inventaire précis, les outils de gestion de parc permettent aux entreprises de plus de 500 personnes de réaliser des économies de l'ordre de 5 à 15 %.

4. Homogénéiser les matériels et les logiciels

C'est une évidence : la standardisation des équipements et des logiciels facilite leur maintenance. Moins le parc est hétérogène et plus il est facile et peu coûteux à maintenir. Avant un renouvellement, il est donc intéressant d'analyser les profils des utilisateurs et de les regrouper autour de configurations matérielles et logicielles types. La définition des profils de postes doit également prendre en compte les connaissances des utilisateurs et de l'équipe de maintenance afin de capitaliser sur leurs savoir-faire.

5. Allonger la durée de vie des postes de travail

Le renouvellement des postes de travail n'est pas si facile qu'il y paraît. Coûteuse, la migration s'accompagne souvent de problèmes imprévus : perte de données, incompatibilité d'un logiciel non recensé, etc. En allongeant la durée d'utilisation des postes de travail, par exemple de trois à six ans, on réduit considérablement le coût total de possession (TCO) tout en dégageant du temps pour l'équipe informatique qui peut se concentrer sur d'autres projets. Comme le dit le dicton, "If IT works don't fix IT".

6. Virtualiser les postes de travail

La virtualisation des postes de travail (ou VDI pour Virtual Desktop Infrastructure) simplifie grandement leur maintenance. Côté matériel, les clients légers sont robustes et interchangeables en quelques minutes. Leur durée de vie est deux fois supérieure à celle d'un poste de travail traditionnel. Autant de migration de parc en moins. Côté logiciel, les images des postes de travail sont centralisées côté serveur ce qui simplifie leur maintenance et leur mise à jour. Lire aussi notre dossier virtualisation http://www.indexel.net/dossier/virtualisation.html.

7. Anticiper l'approche "BYOD" (Bring your own device)

Richard PeynotOn parle aussi de "BYOT" pour "Bring Your Own Tools". Cette approche consiste à encourager les employés utiliser leur smartphone et leur ordinateur portable personnel au bureau. Elle leur évite de jongler entre deux téléphones et deux PC, l'un privé, l'autre professionnel. "L'indemnisation mensuelle des employés pour l'utilisation de leurs appareils est minime comparée à la charge de maintenance et d'administration des postes de travail" constate richard.peynot@acseitis.com Richard Peynot (photo), dirigeant du cabinet Acseitis. En revanche, pour simplifier la gestion de ces équipements, l'entreprise doit impérativement les intégrer à sa CMDB.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages