Jeudi 14 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Développement d'applications : Ajax récure le web

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par David Thévenon le 09/11/2005 - indexel.net
 

Cette variante du langage DHTML dope l'ergonomie des sites web. Elle promet une petite révolution dans la façon de développer les applications de gestion qui s'exécutent au sein d'un navigateur Internet.

 

"Ajax ajoute l'ergonomie des interfaces graphiques traditionnelles aux navigateurs web en s'appuyant uniquement sur des standards ", résume Alain Lefebvre, fondateur du site 6nergie.net qui recourt à cette technologie. Asynchronous JavaScript and XML, de son vrai nom, s'appuie sur Dynamic HTML (DHTML), un ensemble de technologies (XHTML, DOM, CSS et Javascript) standardisées pour la majorité en 1999 par le World Wide Web Consortium (W3C). DHTML permet de créer des composants web interactifs qui apportent un confort d'utilisation indéniable. Il est par exemple possible de réorganiser un tableau par simple glisser-déplacer des lignes, de sélectionner plusieurs lignes à l'aide de la touche "CRTL" comme on le fait dans Word et Excel, de trier un tableau à l'aide d'un simple clic, etc.

 

Ce qui distingue Ajax de DHTML, c'est sa capacité à faire dialoguer indépendamment chaque composant de la page - tableau, graphique, etc. - avec un serveur web. "On peut ainsi reproduire une interactivité très forte, comme par exemple alimenter un tableau en temps réel en fonction d'une information saisie par l'internaute. Seule la partie de la page qui évolue est mise à jour", illustre Alain Lefebvre (photo).

 

Le client riche idéal ?

 

Cela fait déjà quelques années que le débat existe sur les interfaces riches. Mais c'est l'article publié par Jesse James Garrett, co-fondateur d'Active Path, sur son blog en février dernier, qui semble avoir déclenché la prise de conscience chez les développeurs. De Google (Gmail et Google Sugest) à Yahoo (Flickr), en passant par 6nergie.net, des dizaines de sites web grand public ont déjà adopté Ajax qui devient un concurrent redoutable pour les technologies "client riche" existantes comme Flash ou celles émergeantes telles que XUL et Eclipse RCP. Car Ajax possède les mêmes atouts que ses concurrents - pas de déploiement, ergonomie poussée, etc. - mais n'impose pas l'installation d'un plug-in dans le navigateur Internet.

 

On a longtemps cru que Flash allait s'imposer dans ce domaine. Mais pour un nombre croissant d'experts les jeux sont faits. C'est Ajax qui va s'imposer. "Flash fait partie de ces technologies excitantes qui sont longtemps restées à la limite du succès, sans jamais vraiment l'atteindre", remarque par exemple Marc Andreessen, fondateur de Netscape. Pour Alain Lefebvre, Ajax va s'imposer pour le développement d'applications de gestion "car les entreprises possèdent les mêmes contraintes techniques que les sites web grand public. Il faut arrêter de croire qu'elles maîtrisent leur parc. C'est faux", explique-t-il. Les entreprises n'auraient donc pas d'autre choix que d'adopter Ajax si elles souhaitent continuer à faire évoluer leurs applications web dans un navigateur. D'ailleurs, "si des acteurs comme Yahoo adoptent Lamp côté serveur et Ajax côté client, je ne vois pas ce qui empêche les entreprises d'en faire autant. Ajax va rapidement devenir la norme", prédit-il.

  

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages