Mardi 12 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Directeur technique en PME : le manager à tout faire

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Christine Calais le 29/11/2006 - indexel.net
 

Avec de larges responsabilités, le directeur technique d'une PME est avant tout polyvalent. Car ce généraliste est amené à porter différentes casquettes, y compris celle de responsable informatique et télécoms. Un profil atypique.

 

Même s'il n'a pas forcément de connaissances très pointues en informatique et en téléphonie, le directeur technique reste un passionné dans son domaine. Généraliste, il faut qu'il sache sortir de la sphère technique pour gérer différents problèmes. D'abord à l'écoute des utilisateurs, ce touche-à-tout doit être curieux et anticiper les nouveautés technologiques pour pouvoir les appliquer en fonction des besoins de son entreprise.

 

Compétences requises : connaissance du fonctionnement de l'entreprise, connaissances générales en informatique, en téléphonie, et des innovations technologiques dans une perspective d'application dans l'entreprise, management d'équipe.

Qualités humaines : polyvalence, capacités d'adaptation, gestion de la pression et d'une charge de travail importante, communication, qualité d'écoute, capacités d'analyse, curiosité.

Perspectives d'évolution : autres fonctions managériales dans l'entreprise, associé de l'entreprise, directeur technique dans un grand groupe.

Fourchette de rémunération : de 36 000 à 75 000 euros bruts par an selon l'expérience et surtout la taille de l'entreprise, avec une part variable.

 

Portrait : Frédéric Ledieu, directeur technique d'AB Croisière

 

"Je suis le garant du bon fonctionnement de l'entreprise au niveau technique, et donc de la continuité de service et de la pérennité de nos applications tant en informatique qu'en téléphonie", explique Frédéric Ledieu, directeur technique d'AB Croisière, spécialiste français de la vente en ligne et par téléphone de croisières maritimes et fluviales. A 31 ans, cet ancien commercial dans l'immobilier s'est reconverti en suivant une formation d'infographiste pour créer son entreprise de création de sites web, "une passion". Depuis six ans dans l'entreprise niçoise qui emploie 50 personnes et dont il est associé, il supervise une équipe de dix développeurs, dont un spécialisé dans la téléphonie. Car l'entreprise réalise elle-même ses développements informatiques, par exemple la recherche du meilleur tarif sur le vol en fonction des contraintes d'horaires imposées par la croisière. "Passer par une société externe ne serait pas rentable, nous avons des changements dans nos applications à longueur de temps. Aussi, mon poste demande beaucoup de capacité d'écoute des utilisateurs, ce qui est primordial, mais aussi de réactivité". D'après lui, même s'il effectue de moins en moins de programmation, le directeur technique doit être capable d'intervenir sur chaque problème, que ce soit sur un serveur, en téléphonie... ou même ailleurs, puisqu'il est aussi directeur de la communication.

 

Portrait : Laurent Balonchard, directeur technique d'Intra Call Center

 

"Depuis 1998, date à laquelle je suis arrivé, le métier a évolué avec les changements technologiques, notamment la convergence informatique-téléphonie", souligne Laurent Balonchard (photo), directeur technique d'Intra Call Center, centre d'appels qui traite les besoins de relation client des entreprises souhaitant externaliser cette fonction. "Il faut de fortes capacités d'adaptation pour coupler les technologies de nos clients à notre système d'information. A chaque client de nouvelles contraintes." Agé de 31 ans, ce titulaire d'un DUT informatique et d'une maîtrise informatique a d'abord été directeur technique entre 1996 et 1998 d'une société de développement de sites Internet. Pour Intra Call Center, il a dû rapidement intégrer des compétences en téléphonie sur le terrain. Il gère actuellement une équipe de sept personnes en gestion des systèmes d'information et télécoms, et quatre personnes dans le pôle de développement. "Nous personnalisons les applications en fonction du client. Ainsi pour Coca Cola, nous avons développé des applications spécifiques orientées web." Si l'entreprise emploie aujourd'hui 900 à 1 000 salariés en équivalent temps plein, en 1998 elle n'en comptait que 80. "Elle a gardé l'esprit PME. Ainsi, je gère moi-même mes budgets, entre 2,5 et 4 millions d'euros par an". Avec ses équipes, il doit également avoir une force de conviction et de motivation importante pour qu'ils se sentent impliqués dans chaque projet.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages