Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6626.987 21.9326   nasdaq0.33 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Être freelance dans l'informatique : en indépendant ou en portage salarial ? (suite)

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Lala Moulay le 09/03/2005 - indexel.net
 

Après des années passées en tant que salarié, vous avez envie de travailler en solo. Vous pouvez opter pour le statut d'indépendant ou bien conserver les avantages des salariés grâce au portage salarial. Le comparatif de ces deux statuts.

 

Quand vous décrochez une mission, la société de portage qui est votre employeur, vous salarie en CDI ou en CDD selon votre temps de travail et si vous avez un ou plusieurs clients. C'est elle qui s'occupe de toute la partie administrative. Elle établit le contrat commercial avec le client. Chaque mois, elle lui envoie la facture de vos honoraires. Elle réalise ensuite votre fiche de paie, et retient pour frais de gestion 10 % de votre chiffre d'affaires, un tarif dégressif en fonction de vos revenus.

"Chez ITG, nous passons à 8 % de commission au-dessus de 60 000 euros de chiffre d'affaires par an et à 6% à partir de 150 000 euros", précise Philippe de Rosnay (photo). Pour 2 % de retenue supplémentaire, ITG gère également vos frais professionnels. En cas de non-paiement, c'est à la société de portage de relancer le client, de faire intervenir si besoin son avocat et de prendre en charge le recouvrement des impayés. Par ailleurs, pour couvrir votre activité, la société de portage doit être titulaire d'une assurance responsabilité civile professionnelle.

Autre obligation, selon Laurent Coquelin :"La société de portage doit vous conseiller lors de vos recherches de missions, vous proposer des formations, vous mettre en relation avec des grands comptes pour vous faire connaître et avoir accès à des offres d'emplois". Sollicitée directement par des employeurs, ITG propose des missions à ses adhérents, mais selon les annonces, un pourcentage est là aussi prélevé. Dernière mise en garde : "le contrat de travail avec la société de portage ne doit pas comporter d'exclusivité, vous avez le droit de changer quand vous le souhaitez de société de portage, et une clause doit vous garantir la propriété de vos clients. Enfin les sociétés de portage sous convention collective Syntec doivent vous procurer une mutuelle", précise le chargé de mission.

Les avantages : vous conservez les avantages d'un salarié (droits à la sécurité sociale, à la retraite et au chômage). Par ailleurs, plus de soucis de paperasserie : tout est géré par la société de portage. Ce peut être le moyen de tester le marché avant de créer votre entreprise et de passer au statut d'indépendant.

Les inconvénients : certaines entreprises de portage ne sont pas très sérieuses. Vérifiez que celle que vous retiendrez soit adhérente du Sneps (syndicat national des entreprises de portage salarial) et que votre contrat de travail soit sous convention collective Syntec. Il faut réaliser un minimum de chiffre d'affaires chaque année pour intéresser votre employeur (chez ITG 300 euros par jour). On vous laisse un minimum de six mois, pour faire vos preuves. Vérifiez également votre contrat. Les Assedic contestent parfois la réalité du contrat de travail qui vous lie à votre société de portage et refusent l'ouverture de droits. Assurez-vous également des modalités prévues en cas de rupture du contrat de travail (démission ou licenciement).

Lire la première partie de l'article.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages