Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6629.6069 24.063   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Externaliser ou non ses développements : les critères à prendre en compte (suite)

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 09/03/2005 - indexel.net
 

Dès les premières phases d'un projet informatique, toute entreprise est amenée à se poser la question de l'externalisation des développements. Si elle ne dispose pas des ressources ou des compétences, elle doit faire appel à des prestataires externes.

 

Cette distinction entre MOE et MOA permet également d'éviter de tomber dans le piège éculé du développement de relations de complaisance entre l'entreprise et son fournisseur. Relation qui se traduit souvent par l'absence de cahier des charges explicite (impossibilité de vérifier par la suite la conformité des développements), par des obligations de résultats limitées, l'absence de consultation d'autres prestataires (qui auraient pu être plus compétitifs) à l'occasion de nouveaux projets, etc.

Des PME mal équipées pour externaliser

De telles organisations impliquent toutefois des ressources humaines, ne serait-ce qu'en MOA pour rédiger le cahier des charges et superviser le prestataire. On assiste alors à un grand paradoxe : ce sont les entreprises qui ont le plus besoin de l'externalisation, à savoir les PME dont les ressources sont limitées, qui sont aussi les plus mal loties face à l'externalisation. 

"L'externalisation n'a de sens que si elle coûte moins cher que la réalisation du projet en interne. Or, les PME ne sont pas équipées pour acheter de la prestation. Elles n'ont ni le personnel nécessaire pour encadrer la sous-traitance, ni le service achat de prestations informatiques qui permet de faire de réelles économies", explique Yvan Galisson (photo), directeur des études et du développement de la SSII Sodifrance.

Depuis quelques années, les grands comptes ont en effet commencé à appliquer les mêmes règles d'achat à la prestation informatique qu'aux autres acquisitions : centraliser afin de jouer sur la volumétrie pour faire baisser les prix. Selon différentes études, un service d'achat de prestations informatiques ainsi centralisé permet de réaliser 20 % à 30 % d'économies. Un rapport de force difficile à établir entre une PME et son prestataire en l'absence de centrale d'achat mais également de volumétrie suffisante pour faire chuter les prix. Sans compter que cette pression exercée sur les prestataires n'est généralement pas dans la mentalité des PME qui préfèrent établir des relations de confiance. L'essentiel étant alors de ne pas tomber dans la complaisance...

Salaires des principaux postes informatiques (à l'embauche)

(Les variations importantes de salaires sont principalement liées à la taille de l'entreprise et au lieu, les informaticiens étant généralement mieux payés à Paris qu'en région).


Poste
Descriptif
Salaire moyen
Directeur des Systèmes d'Information (DSI)
Définit la stratégie informatique de l'entreprise, supervise sa mise en oeuvre. De 55 à 180 K euros
Directeur informatique
Equivalent de DSI mais dans une petite organisation (PME, filiale de grand groupe, etc.) De 45 à 110 K euros
Directeur de projet Supervise la réalisation des projets, négocie en direct avec les fournisseurs, etc. De 50 à 100 K euros
Développeur Code et paramètre les applications De 25 à 45180 K euros
Chef de maîtrise d'ouvrage (MOA) Définit, organise et suit le projet. De 40 à 70 K euros
Chef de maîtrise d'oeuvre (MOE) A la tête de l'équipe qui réalise le projet. De 30 à 70 K euros
Architecte base de données Conçoit les modèles de bases de données De 30 à 80 K euros
Ingénieur systèmes et réseaux Responsable de la mise en oeuvre des technologies, applications et matériels liés au réseau De 32 à 50 K euros
Ingénieur méthodes et qualité Responsable de la qualité des développements : élabore des procédures et contrôle leur respect De 25 à 45 K euros
Ingénieur sécurité Evaluation des risques et mise en place de solutions pour sécuriser les systèmes d'information. Part de veille et de formation importante. De 35 à 60 K euros

 

Lire la première partie de l'article.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages