Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Green IT : quelles économies espérer ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 05/10/2011 - indexel.net
 
GreenIT-economies-petit

Après plusieurs années de buzz marketing, le Green IT arrive à maturité. En plus de réduire l’empreinte écologique du système d’information, les premiers retours d’expérience laissent présager d’importantes économies.

 

A force d'aborder uniquement la dimension environnementale des projets Green IT, on en viendrait presque à oublier la dimension économique du développement durable. Or, "sans économies financières tangibles, un projet Green IT n'a aucune chance d'exister" rappelle Gwenaëlle Courbe, co-fondatrice de Blueight, société spécialisée dans l'audit énergétique des systèmes d'information. « De la réduction des volumes d'impression, en passant par la mise en veille des postes de travail, les achats responsables et l'amélioration de l'efficience énergétique du data center le potentiel d'économies et le retour sur investissement sont aujourd'hui connus » explique-t-elle.

Data center : de 20 à 40 % d'économies

Dans le domaine des data centers, de nombreuses solutions - de la virtualisation des serveurs en passant par le free-cooling, le confinement des allées chaudes et froides et l'élévation de la température de fonctionnement - permettent d'optimiser l'efficience énergétique, c'est-à-dire de réduire la consommation électrique globale. A la clé, des économies financières et une plus faible empreinte carbone.

Tristan-Labaume-Greenvision« Il est possible de réduire jusqu'à 40 % la consommation électrique d'un centre informatique construit il y a dix ans et qui n'a jamais été optimisé. Mais la moyenne tourne plutôt autour de 20 à 30 % » estime Tristan Labaume (photo), fondateur de Greenvision, un des rares spécialistes en France de l'efficience énergétique des data centers. C'est ce qu'a vérifié le Commissariat à l'énergie atomique (CEA). En appliquant l'ensemble de ces bonnes pratiques à son centre informatique de Saclay, il a réussi à réduire sa facture énergétique de 25 % et à passer d'un PUE (Power Usage Effectiveness) initial de 2,46, à 1,86. De son côté, Euriware, une SSII filiale d'Areva, a investi 50 000 euros pour réduire la consommation électrique d'un de ses data centers. Résultat ? Une économie de 56 000 euros dès la première année et un retour sur investissement (ROI) d'à peine douze mois.

Postes de travail : de 20 à 60 % d'économies

Magret-Fortune-Markexpanciel.jpgL'efficience énergétique concerne également le parc de postes de travail qui, selon le cabinet d'analyse Gartner, représente près de la moitié de la facture électrique du système d'information. En moyenne, « une entreprise peut réaliser 20 à 50 % d‘économie annuelle sur la consommation électrique de ses ordinateurs, soit de 10 à 60 euros par poste » estime Magreet Fortuné (photo), fondatrice de Markexpanciel, une entreprise spécialisée dans l'audit et l'optimisation énergétique des parcs informatiques. C'est ce qu'a constaté la Mairie de Feyzin. En déployant le logiciel GIMI Green IT de PCI sur 278 postes, elle a réduit leur facture électrique de 61 %, soit environ 8 500 euros économisés chaque année. A l'échelle d'une grande entreprise, TF1 a mesuré une économie de 63 % sur un parc de 4 000 postes de travail !

Impressions : jusqu'à 40 % d'économie

jean-pierre-fourreau-PrintCO2La réduction des volumes d'impressions permet elle aussi de réaliser des économies conséquentes tout en préservant l'environnement. Le budget impression moyen est de 1 à 3 % du chiffre d'affaires ou du budget d'une l'organisation, soit 300 à 1 200 euros par an et par salarié. Or, « on peut facilement réduire les volumes d'impressions de l'ordre de 30 % » estime Jean-Pierre Fourreau (photo), fondateur de Print&CO2, une société de conseil spécialisée dans la réduction de l'empreinte économique et écologique des impressions. Associée à un système de badge ou de code secret (code PIN), la consolidation des moyens d'impression est souvent l'outil le plus efficace.

La suppression des imprimantes individuelles au profit de multifonctions en réseau nécessite un investissement conséquent. Mais le jeu en vaut la chandelle. En consolidant 2 600 imprimantes personnelles sur 550 imprimantes partagées en réseau, Rhodia a pu réduire ses coûts de 20 à 40 % selon les sites. La consolidation a permis de diviser par 25 le nombre de cartouches d'encre utilisées et le passage au mode recto-verso par défaut de réduire de 60 % la consommation de papier pour les impressions noir et blanc.

gwenaelle-courbe-blueightAutre exemple : en divisant par dix le nombre de périphériques d'impression, Sodexho a réduit de 30 % ses coûts d'impression. « Tous ces retours d'expérience montrent qu'une stratégie Green IT correctement articulée peut réduire le budget opérationnel d'une DSI d'au moins 20 %. Une belle perspective en période de crise » conclut Gwenaëlle Courbe (photo).

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages