Mardi 17 octobre 2017
NASDAQ : 6622.5796 1.2925   nasdaq0.02 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT, SUR LE TERRAIN

Internet en 2020 : le pire nous attend, peut-être

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Frédéric Bordage le 04/10/2006 - indexel.net
 

Plus de 800 experts, universitaires et internautes ont dessiné l'internet de 2020. Si vous n'aimez pas le spam et le manque de respect pour votre vie privée, vous n'allez pas aimer leurs prévisions !

 

Pour la deuxième année consécutive, le Pew Internet & American Life Project (PIP) a demandé à plus de 800 internautes, chercheurs, et experts de l'internet de prédire son avenir et son influence sur le monde à l'horizon 2020. Si les avis divergent sur de nombreux points, l'étude "The Future of the Internet II" dresse six scénarios probables, qui s'imbriqueront inévitablement les uns dans les autres.

 

1. Un réseau global, à ultra haut débit, bon marché

 

Pour 56 % des répondants, l'internet sera omniprésent sur la planète en 2020, atteignant selon certains experts jusqu'à 1 Gb/s pour les réseaux sans fil. L'internet sera alors presque aussi "ordinaire" et bon marché que l'électricité. Ce formidable essor serait dû aux technologies sans fil (Wi-Fi, Wimax, etc.) qui accélèrent l'extension du réseau à de nouvelles zones souvent difficiles d'accès ou dépourvues de toute infrastructure informatique. Une extension bien moins onéreuse que les technologies filaires. Grâce à cette vaste couverture, les internautes seront connectés en permanence via leur téléphone mobile, leur PC de bureau, leur ordinateur portable, leur PDA, leur voiture, etc.

 

2. L'intrusion du virtuel dans notre vie quotidienne

 

Avec l'essor des outils de communication modernes et le développement de jeux qui ressemblent de plus en plus à des films, la réalité virtuelle va progressivement envahir notre quotidien. A tel point que pour 56 % des personnes interviewées, la plupart des salariés seront plus productifs "en ligne" que dans les tâches de la vie réelle. Cette analyse se fonde surtout sur l'accélération de la dématérialisation progressive des tâches de la vie courante (formulaires administratifs, moyens de communications, réunions virtuelles, etc.). Pour une catégorie d'experts, certains "mondes virtuels" seront si attrayants et tellement utilisés au quotidien que de nombreuses personnes risquent d'en devenir littéralement "accros". Certains repères devraient en effet progressivement se déplacer vers le "on line". Face au coût exorbitant du pétrole, par exemple, la plupart des réunions réunissant différentes filiales ou entreprises pourraient se tenir en ligne.

 

3. L'abolition des limites physiques et géographiques

 

C'est peut être le point le plus fondamental de l'étude. Une majorité de personnes interrogées estime que les repères et frontières physiques habituelles (nationalité, etc.) vont progressivement disparaître au profit d'autres valeurs plus fondamentales comme les convictions (idéaux politiques et religieux) et les affinités (compétences professionnelles, passions communes, etc.). Un "nouveau monde" complètement décloisonné pourrait apparaître, utilisant internet comme vecteur. Répartis dans des pays très différents, ses citoyens créeront par exemple des entreprises jouant sur tous les tableaux : siège social dans le pays le moins fiscalisé, serveur dans un autre pays, etc. La réussite individuelle et collective ne reposera donc plus sur les mêmes critères qu'aujourd'hui. Plus de la moitié des sondés estiment que pendant la phase de transition entre ces deux univers, la plupart des membres du réseau vivront deux vies en parallèle (physique et en ligne).

 

4. L'anglais ne s'imposera (peut-être) pas

 

Pour 57 % des personnes interrogées, cette globalisation ne permettra pas à l'anglais de s'imposer comme la langue standard. En effet, pour de nombreux experts, la majorité des personnes se cantonnent à des échanges locaux (nationaux), essentiellement avec leur cercle privé ou professionnel. 42 % des répondants pensent cependant que le développement de la Toile s'accompagnera d'une plus grande mobilité physique, et par conséquent, d'une prédominance progressive de l'anglais dans la vie de tous les jours. Ce qui ne veut pas dire que les citoyens abandonneront leur langue maternelle.

 

5. Tremblez pour votre vie privée...

 

Si vous ne supportez déjà plus le spam... tremblez ! En effet, entre l'essor des étiquettes électroniques (RFID), du GPS, la numérisation croissante des échanges, l'identification biométrique bientôt obligatoire dans de nombreux pays et l'automatisation de nombreuses tâches de surveillance électronique... il sera de plus en plus difficile de ne pas exister aux yeux des ordinateurs. Et l'exploitation en masse de ces données - légale ou frauduleuse - aura inévitablement de plus en plus d'impact sur nos vies privées. En conséquence, le coût et l'énergie nécessaires pour préserver sa vie privée seront bien plus importants qu'aujourd'hui.

 

6. ... ou déconnectez-vous de la matrice !

 

C'est le point de l'étude qui rassemble le plus fort consensus. Pour près de 60 % des personnes interrogées, une petite partie de la population - baptisés "luddites" et "refusenik" aux Etats-Unis - rejettera en bloc la société de l'information. Ces cyber-dissidents rechercheront ainsi la paix et la joie de vivre en dehors de la "matrice", loin d'une cyber-criminalité en forte expansion et très mal contrôlée. Une petite partie mènera cependant des actions violentes, physiques ou virtuelles, contre des centres névralgiques (gros hébergeurs, systèmes de paiement, banques de données, etc.).

 

7. Quatre actions urgentes pour privilégier les scénarios positifs

 

Pour les personnes interviewées, quatre actions doivent être menées pour éviter certains scénarios négatifs. Dans l'ordre d'importance à leurs yeux :

- fournir aux pays les moins bien équipés et les plus incompétents les moyens de développer rapidement un réseau internet et des connaissances suffisantes pour l'exploiter ;

- permettre à n'importe quel utilisateur de la Toile de pouvoir l'utiliser comme il l'entend, sans contrainte technique, commerciale ou politique, grâce à un environnement technique et juridique approprié ;

- en conséquence, développer une force de maintien de l'ordre sur internet dotée de moyens efficaces ;

- mettre en oeuvre un système universel et sécurisé de micro-crédit.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages