Lundi 11 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

La stratégie ''software + services'' de Microsoft décryptée

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 12/03/2008 - indexel.net
 
Lci_micrososft

Microsoft accélère la mise à disposition de services en ligne qui évitent aux entreprises de déployer ses logiciels en interne.

 

Initiée en 2005, la stratégie "software + services" de Microsoft consiste à "combiner des logiciels locaux avec des services en ligne distants", explique Marc Jalabert, directeur de la division Plateforme et Ecosystème chez Microsoft France. Microsoft espère ainsi conquérir une part du marché des applications hébergées que le cabinet d'études IDC évalue à 10,7 milliards de dollars dès 2009. L'éditeur compte ainsi contrer des spécialistes du SaaS (Software as a Service) comme Salesforce.com, tout en offrant plus de souplesse à ses clients.

Trois façons d'accéder aux logiciels Microsoft

À terme, Microsoft proposera trois façons d'accéder à chacun de ses logiciels : via un serveur installé dans l'entreprise, via l'interface web (GUI) d'un logiciel en ligne, et via une API (interface de programmation) en ligne. Microsoft ne peut cependant pas imposer un modèle plutôt qu'un autre. "Un client riche Silverlight est par exemple très intéressant pour une application qui affiche de grandes quantités de données sur des graphiques mis à jour fréquemment", explique Jérémy Chatard (photo), architecte web 2.0 au sein de Breek. "Mais pour un portail d'entreprise, mieux vaut utiliser une architecture 100 % web - un mashup donc - qui agrège différents services en ligne", conseille-t-il. Pour l'instant, Microsoft propose trois typologies de services. La gamme Online regroupe les services en ligne destinés aux entreprises, la gamme Live ceux destinés au grand public. La troisième catégorie est constituée des API de ces services et vise les développeurs.

Online

Un premier bloc est constitué des outils de collaboration : Office Live Meeting, Exchange Online, SharePoint Online et Office Communications Online. Tous ces outils possèdent une interface web. Microsoft complète cette gamme avec Microsoft Exchange Hosted Services (EHS) - une version hébergée (ASP) du serveur Exchange - et Office Live Workspace qui facilite le partage de documents en ligne. L'éditeur adresse les besoins des PME avec une version spécifique de ses services en ligne : Office Live Small Business. Cette dernière permet de créer des sites web, de communiquer et de partager des documents. Microsoft investit peu à peu le marché des progiciels SaaS avec Dynamics Live CRM. Ce logiciel de gestion de la relation client fonctionne entièrement en ligne avec une interface web. L'éditeur affirme avoir déjà plus de 11 000 clients qui représenteraient 475 000 utilisateurs. Microsoft travaille déjà sur une v2 (nom de code Titan) qui sera spécifiquement conçue pour tenir compte des contraintes des applications SaaS.

Live

Windows Live Services regroupe l'ensemble des services en ligne destinés au grand public. On en compte déjà une trentaine allant de Microsoft Live Messenger à Hotmail en passant par Expo (agenda collaboratif), Live Spaces (partage en ligne) et OneCare (sécurité).

API

La troisième catégorie est constituée de services en ligne destinés aux développeurs. Il s'agit par exemple de "Silverlight Streaming by Windows Live" qui permet de publier des vidéos en ligne, de Windows Live ID qui gère l'authentification d'utilisateurs, de Virtual Earth qui permet d'ajouter une carte interactive dans son application en ligne, etc. Tous ces services sont accessibles via une interface de programmation (API) REST qui repose uniquement sur des standards du web : HTTP, XML, Atom, etc. "Ils forment la couche d'infrastructure fondamentale de nos services en ligne de plus haut niveau", décrit Ray Ozzie, architecte en chef de Microsoft.

Microsoft met donc les bouchées doubles pour compléter ses services techniques existants. Il vient par exemple d'annoncer SQL Server Data Services (SSDS) qui permet d'héberger des données en ligne. Il ne s'agit pas d'une base de données SQL à proprement parler. On accède en effet aux données via une URL (à la place d'une requête SQL) et le "tuyau" transportant les données entre le client et le serveur est constitué de messages XML (Atom Publishing) transportés sur HTTP.

Des outils qui facilitent la création d'applications composites

Afin de faciliter l'assemblage de ces API web, Microsoft propose des outils qui facilitent la création d'applications composites. L'éditeur travaille notamment sur Microsoft Internet Service Bus (ISB) qui permet de relier différents services internet entre eux et d'y accéder via n'importe quel type de client. Constitué de serveurs BizTalk, le "bus" est lui-même hébergé sur les serveurs de Microsoft et proposé comme un service en ligne (BizTalk Services). "Microsoft propose aussi des kits de développement tels qu'ADO.NET Data Services qui facilite la manipulation des API REST des services distants, mais aussi l'exposition de ses propres ressources au travers d'une API REST", précise Jérémy Chatard.

Du côté des utilisateurs, Microsoft a déjà fait une tentative avec Popfly. Ce logiciel en ligne permet à n'importe quel utilisateur d'agréger n'importe quels services en ligne pour construire une nouvelle application composite. A terme, on peut imaginer que Microsoft intègrera PopFly à SharePoint Server et SharePoint Online pour permettre aux salariés de créer leur propre page d'accueil personnalisée (à la Netvibes) en s'appuyant sur les services mis à leur disposition par l'entreprise.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages