Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Les contours de l'Internet 2.0 (suite)

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Lefebvre le 31/05/2005 - indexel.net
 

Nous sommes en train de vivre un changement d'ère sur le Web. Et ce changement a au moins deux facettes : un côté technique et un côté "social". La chronique d'Alain Lefebvre, conférencier et fondateur du projet 6nergies.net.

 

Mais si le "user centric" est caractéristique de l'Internet 2.0, ce n'est pas seulement à travers sa dimension sociale mais aussi par la transformation de "l'expérience utilisateur" qui elle aussi connaît une profonde transformation. Cette transformation qui permet de passer d'une interface simplifiée mais figée (le Web, même avec des efforts de personnalisation automatique forcément limités) à une ébauche de "réalité augmentée" grâce aux tags. Les tags sont des étiquettes que l'on colle aux objets trouvés ou postés sur le Net, comme une adresse Web ou une photo. Ces tags permettent de qualifier vos trouvailles ou vos créations et ainsi de partager vos découvertes et/ou vos avis avec d'autres et de bénéficier de leurs parcours pour ce qui vous intéresse vous (et qui sera défini par des tags communs). C'est une tout autre approche de la recherche sur le Web où le travail d'indexation n'est plus fait par des robots (comme les spiders de Google) mais par la communauté où vous vous reconnaissez. Car les robots, aussi sophistiqués soient-ils, sont encore incapables de donner vraiment du sens aux contenus.

Signal social et démocratisation des contributions

Pour le moment, vous ne pouvez "tagger" qu'à l'intérieur de services spécialisés (tel que Flickr pour le partage de photos) mais on peut imaginer des navigateurs évolués capables de communiquer vos étiquettes laissées sur tel ou tel site à des services chargés de collecter ces tags significatifs. Le rêve d'un web sémantique est peut-être en train de se réaliser mais pas comme on l'avait imaginé au départ ! Ensuite, les Wikis sont eux aussi en train de permettre la réalisation d'un autre rêve : le web collaboratif. Moins médiatiques que les blogs, les Wikis sont, à mon avis, encore bien plus importants et significatifs de l'évolution actuelle de réappropriation de l'Internet par les utilisateurs. On aurait très bien pu imaginer Wikipedia, l'encyclopédie libre, gratuite et écrite coopérativement, comme un lieu où un nombre réduit de personnes définit des mots. Ainsi, on aurait une utilisation et une diffusion unilatérale. Avec le mode Wiki, on perd cette hiérarchie (parfois non justifiée) pour permettre à tout un chacun de participer à cette oeuvre collective avec des résultats spectaculaires ! Cette démocratisation de la contribution est encore un apport de l'Internet 2.0.

Enfin, la notion de "signal social" inauguré par ICQ est une piste qui va permettre de définir les contours de ce nouveau visage de l'Internet : le facteur clé de succès d'ICQ reposait sur la signalisation intégrée qui vous permettait de savoir qui était en ligne en même temps que vous et l'état de disponibilité de ces personnes. Cette signalisation intégrée a depuis été reprise par tous les logiciels de messagerie instantanée et même Skype l'affiche aujourd'hui dans le domaine de la téléphonie sur IP. Cette notion de signal social est appelé à se développer avec le mouvement "user centric" enclenché par l'Internet 2.0 : ce ne sera plus seulement "je suis en ligne ou pas" mais également "ce que je fais, où je suis, ce que j'écoute, ce que je cherche, ce que j'attends, etc.". Dans un premier temps, ces différents signaux sociaux seront dispersés sur différentes applications mais on peut imaginer un équivalent de flux RSS pour aider à les rassembler... Aujourd'hui, les blogs servent à afficher "ce que je pense". Les nouveaux logiciels sociaux devront permettre de mettre en avant "ce que je suis" et "ce que je souhaite" dans différents domaines et pas toujours avec la même échelle de temps (le signal de présence est forcément immédiat, le signal de souhait sera forcément sur une plus longue période).

L'irruption de l'Internet 2.0 est en train de renouveler les usages, les interfaces et les liens sociaux, il va aussi profondément changer l'informatique qui va enfin passer d'un mode "usages isolés/ applications autarciques et cloisonnées" à un mode "usages partagés/ applications distribuées". Un point qui sera développé dans une prochaine chronique...

Lire la première partie de l'article.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages