Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Quand le web 2.0 se met au service du commerce local

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Frédéric Bordage le 18/04/2007 - indexel.net
 
Lci_web2_local

De nouvelles communautés sur le web proposent de fournir aux consommateurs des informations relatives à ce qu'ils peuvent acheter ou faire localement.

 

Jusqu'ici, le web a surtout permis aux marchands et aux sites institutionnels des entreprises de toucher une audience ou une clientèle plus large en éliminant la barrière géographique. Cette version moderne de la vente par correspondance sera bientôt complétée par un schéma inverse. La masse critique d'internautes - 28 millions en France début 2007 - est en effet atteinte pour que le balancier reparte dans l'autre sens. Avec ses nouveaux outils de partage, le web 2.0 rend peu à peu sa dimension humaine au web. De nombreuses communautés se créent en ce moment, en France et dans le reste du monde, pour permettre aux citoyens et aux consommateurs de découvrir leurs voisins et de partager avec eux du temps, des services, des avis et des conseils sur l'offre locale.

Lancé à Paris en 2003, le site Peuplade.fr connaît ainsi un succès grandissant. Dans une ville où l'anonymat est la règle, Peuplade.fr propose aux voisins de se rencontrer, d'organiser des sorties, d'échanger des services (garde d'enfants, dépannage informatique, courses pour les personnes âgées), etc. A l'inverse des communautés du web 1.0 qui concentrent souvent une audience nationale ou internationale en fonction d'un thème donné (communauté de développeurs, sites de rencontre, etc.), Peuplade.fr concentre une audience locale autour de préoccupations du quotidien. Le site MonPatelin.fr applique la même approche, mais plutôt que de se concentrer sur les grandes villes (cible de prédilection de Peuplade.fr), il vise le reste du territoire : villages, bourgs, etc.

Google, Seloger.com : les exemples se multiplient

Les grands acteurs du web comme Google ne sont pas en reste. Le célébrissime moteur de recherche édite en effet un service - Google Local - qui permet de trouver n'importe quel type de service (plombier, dentiste, etc.) et de commerce (restaurant, épicerie, bar, etc.) à partir d'une adresse et d'un mot clé. Les résultats sont présentés sur une carte Google Maps sur laquelle l'internaute peut zoomer jusqu'à la rue. Pour certains services (plombier par exemple) Google ne propose que l'adresse. Mais pour d'autres (restaurants et bars par exemple), il intègre les avis des internautes, une photo du lieu, les pages web qui parlent du lieu ou du service, etc. Pour parvenir à ce résultat, Google achète des informations à Cityvox.fr, une communauté spécialisées dans les loisirs thématiques liés aux grandes villes (Paris, Toulouse, Lyon, Marseille, etc.).

Autre exemple de la "re-localisation" du web, le site seloger.com présente des annonces immobilières sur une carte interactive. Un changement d'interface qui amène les acheteurs et locataires à rechercher des biens par quartier, par rue, etc. En province, la carte permet même de découvrir des villages auxquels ils n'auraient jamais pensé. Le web prend donc peu à peu une couleur locale grâce à deux tendances : les cartes interactives (Google Maps essentiellement) et la volonté des internautes de donner leur avis et de partager leurs connaissances sur une ville ou un quartier.

Partage d'informations entre citoyens et consommateurs

La plupart des nouvelles communautés comme Peuplade.fr et MonPatelin.fr sont surtout axées sur le partage et l'échange d'informations entre les individus, donc entre citoyens et consommateurs. Mais elles pourraient bien à terme remplacer les pages jaunes. L'interactivité et l'avis des internautes en plus. Il suffirait pour cela qu'elles permettent aux commerçants et aux entreprises locales de présenter leurs services et d'être évalués par les consommateurs.

"Nous réfléchissons sur Peuplade.fr à l'intégration progressive d'un guide des ressources du quartier commenté par les habitants et d'un statut professionnel parmi les membres. Nous avons notamment signé un premier partenariat avec BNP Paribas permettant aux employés des agences parisiennes du Groupe d'être présents sur le site", illustre Jérémie Chouraqui (photo), l'un des fondateurs de Peuplade.fr.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages