Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Recrutements et salaires des informaticiens : tout va bien !

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Lala Moulay le 13/06/2007 - indexel.net
 
Lci_salaire_informaticien

Tendance 2007 : les démissions progressent, les salaires flambent. Certains spécialistes ainsi que les jeunes diplômés deviennent une denrée rare qu'il faut attirer et... retenir.

 

 

 

 

Le secteur des logiciels et des services a le moral. Après une croissance de 6,5 % en 2006, le marché français des logiciels et des services informatiques pourrait progresser cette année de 6 à 8 % selon les prévisions du Syntec Informatique, la Chambre Professionnelle des SSII, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies. La bonne santé du secteur continue à doper l'embauche des informaticiens. Après 40 000 recrutements effectués en 2006, 2007 s'annonce sur la même tendance. On pourrait même atteindre les 50 000 recrutements sur l'année, espère le Syntec Informatique. Les chasseurs de têtes ont aussi le moral au beau fixe. "Les offres d'emploi sont en hausse de 20 % depuis le début de l'année", constate

 

 

Dominique Galet, directeur de la division systèmes d'information du cabinet de recrutement Michael Page.

Les SSII et les éditeurs de logiciels recrutent toujours massivement.

Une nécessité alors que le taux de démissions dans le service atteint 20 %, deux fois plus qu'il y a deux ans. À l'inverse, dans les entreprises utilisatrices où les informaticiens sont plus âgés et plus fidèles, le taux de démissions est faible (1 %). "Toutefois, l'embauche dans la banque et l'industrie est plus dynamique qu'en 2006 avec beaucoup de demandes de consultants SAP pour des projets ERP, notamment dans des PME de 3 000 à 4 000 personnes ayant une implantation internationale", précise Dominique Galet.

SSII cherche désespérément jeunes diplômés.

Les sociétés de service continuent cette année à faire le plein de jeunes diplômés. Les développeurs Java, C# et .net ainsi que les consultants SAP et Peoplesoft sont très demandés Mais la tâche devient difficile. Les employeurs qui recrutent en majorité des ingénieurs Bac + 5 sont à la peine. Certaines entreprises ont mal géré ces dernières années leur prévisionnel d'embauches. Par ailleurs, on enregistre une désaffection pour les métiers de l'informatique. Enfin, les jeunes ingénieurs sont de plus en plus sollicités par d'autres secteurs porteurs, tels l'immobilier et le BTP. "Il y a actuellement une pénurie. On propose parfois directement un CDI à des postulants à un stage. Par ailleurs depuis un an, des SSII recrutent de plus en plus de jeunes diplômés étrangers et s'impliquent dans l'obtention du permis de travail. Elles ont aussi des partenariats avec des écoles d'ingénieurs en Afrique du Nord", explique Dominique Galet.

Les salaires d'embauche flambent.

Pour attirer les jeunes diplômés, les SSII qui subissent pourtant de fortes pressions sur les prix de la part de leurs clients augmentent comme en 2006 les salaires à l'embauche. Selon les offres d'emploi suivies par Michael Page, ils se situent en moyenne dans les grosses SSII à 33 000 euros par an (contre 30 000 euros dans une entreprise utilisatrice). "On atteint même les 40 000 euros pour les jeunes diplômés d'une grande école d'ingénieur - Polytechnique, Centrale, les Mines Paris, Supélec - ce qui représente une augmentation de 8 % sur un an. La pression sur les coûts salariaux pour les employeurs s'accentue. On peut se demander jusqu'à quand les SSII pourront suivre ce rythme", constate

 

Caroline Dana (photo), Présidente d'Oberthur Consultants qui, dans sa dernière étude, a examiné l'évolution des salaires de 53 000 informaticiens dans 116 entreprises (SSII et entreprises utilisatrices). Par ailleurs, des recruteurs du service et du conseil autorisent des notes de frais conséquentes - jusqu'à 7 000 euros par an - pour attirer leur cible.

Juniors et seniors : entre spécialités et polyvalence

. "Chez les juniors de 1 à 2 ans d'expérience, on recherche des administrateurs réseaux, des assistants à maîtrise d'ouvrage et des spécialistes de la sécurité. Au niveau des seniors (5 à 7 ans d'expérience) la polyvalence est de mise. On recrute des chefs de projets confirmés (Java, JEE, C#, .Net) ayant notamment une bonne connaissance de la finance et de la supply chain, des architectes systèmes et des administrateurs de données", recense Dominique Galet. Dans le monde Java/JEE, un informaticien avec 5 à 7 ans d'expérience négociera son salaire entre 55 000 et 60 000 euros par an. 

La fidélité est payante.

Pour ceux qui n'ont pas choisi la mobilité, on note que les salaires des informaticiens en poste ont connu une augmentation supérieure de 1,7 point à l'inflation. Ils ont progressé en moyenne de 2,9 % de mars 2006 à mars 2007, selon l'étude sur les rémunérations des informaticiens d'Oberthur Consultants. "2,9 %, c'est l'augmentation moyenne sur un an des salaires des cadres tous secteurs d'activité confondus", analyse Caroline Dana. Parmi ceux qui se vendent bien actuellement sur le marché de l'emploi et qu'il faut fidéliser, les directeurs informatiques ont enregistré les plus fortes hausses de salaires sur un an (jusqu'à 8 %). Autres privilégiés, les ingénieurs réseaux/télécoms, les professionnels de Hot Lines, les gestionnaires réseau et système, les spécialistes sécurité, les développeurs et analystes juniors (+4 %). Les assistants dans le support technique (+ 0,93 %) ou encore les chefs d'équipe d'exploitation (+ 1,23 %) ont eux, connu les plus faibles augmentations.

Pour susciter des vocations : un site.

Syntec informatique a lancé en mars dernier le site

 

Changeursdemonde.com, un jeu de simulation en ligne qui permet aux jeunes d'entrer dans la peau d'un professionnel de l'informatique et d'explorer les métiers du secteur. Le joueur, projeté en 2010, doit résoudre de grands problèmes mondiaux dans quatre domaines : l'environnement, l'humanitaire, le commerce et les loisirs.

 

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages