Jeudi 19 octobre 2017
NASDAQ : 6624.22 0.56   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Réduire la consommation électrique de son parc informatique (suite)

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Frédéric Bordage le 02/05/2007 - indexel.net
 

Essentiellement constitué de postes de travail, le parc informatique d'une PME est un véritable gouffre financier si l'on regarde sa facture d'électricité de près. Pourtant, il existe de nombreux gestes simples qui permettent de la diviser jusqu'à dix selon la situation.

 

Bien sûr, Intel propose les mêmes fonctionnalités. En février 2006, il a mis à jour certains de ses Pentium D (920 à 950) et Pentium 4 (631 à 661) en les faisant profiter du nouveau core C1. Comme dans le cas d'AMD, la technologie d'Intel permet de réduire automatiquement la fréquence du processeur pour économiser de l'énergie et réduire la dissipation thermique. Ces processeurs sont également compatibles avec la technologie EIST (Enhanced Intel Speedstep Technology) - successeur de Speedstep - qui permet de régler manuellement la fréquence du processeur. Les gains d'énergie s'élèveraient jusqu'à 30 % selon l'utilisation.

L'alimentation

La qualité de l'alimentation électrique d'un PC influence directement sa consommation électrique. Certains constructeurs se sont donc regroupés dans l'association "80 Plus" pour pousser les fabricants d'alimentations de PC à proposer, au minimum, un rendement énergétique efficace de 80 %. Un point particulièrement important car nombre de PC sont aujourd'hui en dessous de 60 %, 40 % de leur consommation électrique part donc directement en chauffage ! Parmi les fabricants, ColdWatt vient d'annoncer une gamme d'alimentations qui réduisent de 45 % la dissipation thermique et consomment 30 % d'électricité en moins. C'est aussi le cas d'Antec qui proposent des gammes optimisées - NeoHE et EathWatts - dont certaines respectent le label 80 Plus.

Mais selon Google, des gains bien plus importants pourraient être réalisés si l'on changeait l'architecture actuelle des alimentations. Le moteur de recherche possède plus de 250 000 PC utilisés comme des serveurs. Selon deux de ses ingénieurs, comme tous les PC utilisent un courant continu de 12 V, il est inutile de continuer à produire des alimentations qui convertissent le courant alternatif en plusieurs lignes de tensions différentes (un héritage des années 70). La conversion du courant alternatif en une seule ligne de tension serait bien plus efficace et permettrait d'économiser des milliards de Watts par an en passant d'un rendement maximal de 60 à 70% à un rendement minimum de 85 %.

Dans tous les cas, avant d'acheter une nouvelle machine, il est important de vérifier la qualité de son alimentation électrique. Un surplus de quelques dizaines d'euros à l'achat peut en effet se traduire par plusieurs centaines d'euros d'économies étalées sur la vie du PC.

Changer ses mauvaises habitudes

Au delà des aspects purement techniques, il faut absolument changer ses mauvaises habitudes. En effet, selon une étude menée par Enertech pour le compte de l'ADEME et de la région PACA, une unité centrale fonctionne en moyenne 4004 heures par an soit 17,8 heures par jour ouvré, et un écran 2510 heures par an, soit 11,2 heures par jour ouvré ! Pire encore, les mesures d'Enertech montrent que l'utilisateur n'est effectivement utilisé que 686 heures par an, soit trois heures par jour ouvré. En résumé, un ordinateur est allumé les trois quarts du temps pour rien !

Ces chiffres sont étonnants car tous les ordinateurs modernes et tous les systèmes d'exploitation permettent depuis des années de mettre en veille un ordinateur (de bureau ou portable) lorsqu'il n'est pas utilisé. Il suffit pour cela de paramétrer la "gestion d'alimentation" du PC dans Windows. En déclenchant automatiquement la mise en veille de l'écran et l'arrêt des disques durs au bout de quelques minutes, puis la mise en veille prolongée au bout d'un laps de temps un peu plus long, on peut économiser jusqu'à 60 % de la consommation électrique de l'écran et 5 0% de celle de 'unité centrale. Il suffit donc de paramétrer son PC pour qu'il s'éteigne tout seul. On divise ainsi sa facture électrique annuelle par deux, en moins de deux minutes. On peut également équiper chaque poste d'une multiprise munie d'un interrupteur pour couper l'alimentation électrique durant la nuit.

Pour sensibiliser les utilisateurs les plus réticents vous pouvez aussi installer sur le PC de chaque utilisateur le petit utilitaire http://www.localcooling.com/ LocalCooling (Windows XP requis). Il optimise la consommation électrique du PC tout en indiquant en permanence le nombre d'arbres sauvés. On aurait aimé aussi qu'il indique le nombre d'euros d'économisés... mais c'est un bon début. Dans le même esprit, le logiciel PowerOut de VisionSoft propose de centraliser la gestion de l'alimentation électrique d'un parc de PC. Il permet de paramétrer à distance les options d'arrêt et de mise en veille (sous Windows) et peut aussi forcer l'extinction des PC à une heure données.

Résultat : d'importantes économies

Au final HP a calculé que si seulement douze utilisateurs activent les fonctions d'économie d'énergie de leur PC, les émissions de CO2 évitées correspondent au retrait d'un véhicule de la circulation. Ce calcul prend en compte le CO2 dépensé pour produire l'électricité. Mais, au delà des aspects purement écologiques, les économies sont bien au rendez-vous. Pour rappel, changer un tube cathodique de 21 pouces par un écran plat de 15 pouces permet d'économiser 240 kWh par an. Opter, lorsque cela est possible, pour un processeur basse consommation permet de gagner 80Wh. En activant en plus la gestion de l'énergie du PC, les économies dépassent allègrement 250 kWh par an. Enfin, le remplacement de PC de bureau par des PC portables est une action relativement simple et très efficace. En effet, optimisés dès l'origine pour consommer peu d'énergie, les PC portables sont bien plus économes car il en va de leur autonomie. Tout compris, un PC portable moderne consomme autour de 25 Wh (53 kWh par an), soit jusqu'à dix fois moins qu'un PC de bureau ! De quoi économiser plusieurs centaines de kWh par an.

Lire la première partie de l'article

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages