Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6623.6567 0.3477   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Réseaux sociaux en ligne : cinq outils au banc d'essai

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Rodolphe Helderlé le 05/10/2005 - indexel.net
 

Les sites de mise en relation professionnelle ou "business networking" débarquent en France pour booster votre recherche d'emploi ou votre "tissu relationnel". Mais quelle plate-forme utiliser ? Indexel a testé pour vous cinq de ces nouveaux outils.

 

Donner de la visibilité à son identité numérique pour identifier des opportunités de carrières ou commerciales. Voilà qui motive les internautes à rallier des réseaux sociaux professionnels sans forcément en mesurer la valeur d'usage. A la différence des sites de rencontre comme Meetic qui se porte plutôt bien (introduction en bourse), les plates-formes Internet de mise en relation professionnelle se cherchent encore.

Comment ça marche ?

Un nouvel inscrit commence par enregistrer son profil, qui devient consultable par l'ensemble des membres. Sur LinkedIn, OpenBC, Viaduc et 6nergies, il n'est pas question de joindre un CV, il faut en passer par le remplissage d'un formulaire qui alimente votre fiche profil. Seul Piwie se contente d'un formulaire très allégé et accepte le CV attaché. Reste ensuite à inviter ses contacts à s'enregistrer et à rechercher parmi tous les membres ceux à qui on désire envoyer des demandes de prise de contact. Si ces derniers acceptent, ils viendront étoffer votre carnet de contacts que vous pourrez ou non décidez de partager. Là encore, Piwie se démarque puisque vous pouvez ajouter un contact à votre "réseau" d'un clic, sans acceptation préalable de l'heureux élu. Piwie mise sur la rapidité jusqu'à faire l'impasse sur les fonctions témoignages, l'occasion d'inviter vos contacts à témoigner de vos qualités professionnelles et humaines, ce que proposent les quatre autres réseaux.

Les clés pour gagner en visibilité

Viaduc propose de rechercher exclusivement les profils avec photos, le nombre d'abonnés revendiqué par chaque réseau et leurs périmètres linguistiques peuvent peser au rang des arguments pour faire son choix. Avec 3,5 millions de membres, la plate-forme anglophone LinkedIn a une longueur d'avance. Si OpenBC présente l'originalité d'une couverture multilingue, la première plate-forme francophone est Viaduc avec ses 100 000 inscrits (voir tableau). Une fois inscrit, il s'agit de partir à la pêche au contact. 6nergies est la seule plate-forme qui ne propose pas des clés de recherche selon les motivations des inscrits : trouver un emploi, rechercher des candidats, trouver une mission de conseil, rechercher des prestations, des partenaires ou des investisseurs, identifier des opportunités commerciales... 6nergies est en revanche la seule plate-forme permettant à un membre de spécifier la nature des relations qu'il entretient avec ses contacts.

Sur le terrain des modes de recherche, LinkedIn, OpenBC et Viaduc misent sur les mots clés (ou tags). Tous les champs d'information de la fiche présentant le profil de l'internaute (entreprise, pays, fonction, diplômes, intérêts) se transforment en tags qu'il est possible d'afficher à l'écran. Viaduc va encore plus loin que OpenBC et LinkedIn puisque la plate-forme permet de représenter les relations entre les membres au travers de cartographies qui reposent sur les solutions de "Social Computing". La dimension communautaire est un autre élément susceptible d'accroître la visibilité des inscrits. Toutes les plates-formes à l'exception de LinkedIn proposent à leurs membres de participer à des forums et autres listes de discussion. En la matière 6nergies va assez loin en impliquant ses membres dans l'évolution fonctionnelle d'une plate-forme qui compte à ce jour 2 500 inscrits. Piwie privilégie, en toute logique, les échanges par son application de messagerie instantanée et annonce la visio-conférence. 

Objectif emploi

Sur Viaduc, 70 % des membres acceptent une mise en relation avec un recruteur. "La grande majorité de nos membres sont en poste mais se déclarent en veille d'opportunités d'emploi. La plate-forme n'est donc pas adaptée pour un recruteur qui recherche un profil disponible immédiatement", déclare Dan Serfaty (photo), l'un des fondateurs de Viaduc, qui affiche en parallèle 400 offres d'emploi. Sur 6nergies, autre réseau français, 25 % des membres déclarent chercher un poste. Pour autant, 6nergies se refuse à laisser les recruteurs publier des offres d'emploi par crainte de se dissoudre dans une image de site de recrutement (job board).

Cinq plates-formes de mise en relation professionnelle


 
LinkedIn
OpenBC Viaduc 6nergies Piwie
Inscrits
3 500 000
nc
100 000
2 500 nc
Langue(s)
Anglais Multilingue Français Français
Français
Abonnement payant
Oui
15 dollars / mois pour 10 mises en contact et 3 messages dédiés à des opportunités d'affaires ou d'emploi. Les fonctions de recherche ne sont pas bridées.
Oui
5,95 euros / mois.
Le forfait intègre un nombre illimité de mises en relation et des fonctions de recherche non bridées.
Oui
4,95 euros / mois pour 10 mises en relation et des fonctions de recherche non bridées.
non non
Offres d'emploi oui non oui non oui
Mots clés (Tags) oui oui oui non non
Communautés non oui oui oui non

Lire la suite de l'article

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages