Lundi 23 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Un DSI en temps partagé pour faire des économies

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 17/01/2007 - indexel.net
 
Lci_dsi_tps_partage

Embaucher un responsable informatique n'est pas à la portée de toutes les PME. Des prestataires proposent une solution économique.

 

Un directeur informatique présent dans l'entreprise une journée par mois ou trois jours par semaine, telle est l'offre proposée par de petites sociétés souvent régionales comme Deuzzi, Plenium ou PR2I. Leur coeur de cible : les PME ayant un parc compris entre 15 et 300 PC. Leur positionnement : combler un vide entre les SSII traditionnelles et les spécialistes de la maintenance. A la différence des premières, le contrat est généralement annuel, la mission n'est pas centrée sur un projet et l'entreprise bénéficie du même directeur informatique pour des mois, voire des années. A la différence des seconds, le rôle va bien au-delà de la simple maintenance.

 

"Outre les installations et les interventions curatives, nous faisons beaucoup d'études et d'assistance à maîtrise d'ouvrage, notamment en montant des cahiers des charges et en comparant prestataires, devis et offres", précise Grégoire de Préneuf, gérant et co-fondateur de Deuzzi.

 

Temps partagé ne veut pas dire être seul

 

Le directeur informatique en temps partagé est choisi par l'entreprise cliente à l'issue de l'équivalent d'un entretien d'embauche. "L'entreprise a ensuite trois mois pour valider le niveau et l'intégration de la personne. Le cas échéant, nous lui en proposons une autre. De plus, nous faisons tourner cette personne tous les deux à trois ans afin d'éviter l'érosion", détaille Christophe Ducluzeau (photo), gérant de PR2I. Le responsable informatique en temps partagé est certes interlocuteur unique mais il n'est pas entièrement seul. "Il est chapeauté par un directeur informatique ayant une vision plus stratégique et il s'appuie sur un support dont les techniciens réalisent à distance certaines interventions, notamment en cas d'urgence", explique Pedro Sousa, PDG de Plenium.

 

Dès son arrivée, ce responsable informatique procède à un audit visant à fixer les priorités. Par la suite, il assure toutes les tâches habituellement dévolues à cette fonction, y compris la veille technologique et l'interface avec les éditeurs et prestataires tiers. Deuzzi, Plenium ou PR2I n'ont en effet pas pour vocation à se substituer à eux. Au contraire, ils affichent tous une neutralité, même si cette notion n'est pas toujours interprétée de la même façon.

 

Une tarification fonction du nombre de jours de présence

 

"Nous ne voulons surtout pas avoir de stratégie produit et nous évitons de nouer des partenariats privilégiés car il n'est pas possible d'être juge et partie", prévient d'emblée Grégoire de Préneuf (photo). Moins dogmatique, Plenium met au contraire clairement certains progiciels en avant. "Nous en avons sélectionnés un nombre restreint comme Microsoft Navision, Sage ou Cegid, tout trois mis en oeuvre via des partenaires, ou Microsoft CRM que nous paramétrons et déployons nous-mêmes", précise Pedro Sousa. Chez Deuzzi, la tarification est mensuelle et fonction de la présence, soit 500 à 700 euros par journée, avec un suivi minimum négocié avec le client. "Ce plancher permet d'éviter de se limiter à la maintenance et aux interventions curatives", explique Grégoire de Préneuf. Chez PR2I, on donne en exemple un coût de 9 000 euros par an pour une présence d'une demi-journée par semaine. Chez Plenium, la plupart des contrats sont compris entre 600 et 3 500 euros par mois.

 

En général, le responsable informatique en temps partagé n'excède pas 14 jours par mois de présence dans la même entreprise. Au delà, celle-ci n'aura pas forcément intérêt à embaucher une personne à plein temps. "Tout dépend si l'entreprise a la capacité à manager un informaticien", estime Grégoire de Préneuf, évoquant les bénéfices de toute externalisation. En particulier, il est plus facile de mettre la pression sur un prestataire extérieur que sur un salarié.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages