Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Valoriser ses actifs informatiques pour économiser

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 02/04/2008 - indexel.net
 
Lci_valoriser_actifs

Plus de 56 % des entreprises françaises ne connaissent pas la valeur de leur informatique. Elles font donc l'impasse sur d'importantes économies et sur l'amélioration de la productivité du système d'information.

 

Les entreprises ont rarement une idée de la valeur ajoutée de leur informatique. C'est du moins le constat d'une étude menée par l'Insead pour le compte de l'éditeur Micro Focus. Les trois quart des directeurs des systèmes d'information (DSI) et des directeurs administratifs et financiers (DAF) interrogé estiment que l'informatique est critique pour la bonne marche de leur entreprise. Pourtant, plus de la moitié (56 %) ne connaissent pas la valeur de leurs ressources informatiques. Pire, un tiers des DSI et des DAF ne connaissent pas le montant de leurs dépenses en logiciels. "Si les entreprises ne connaissent pas le coût et la valeur de leurs actifs IT, elles ont un sérieux défi à relever pour décider des bons investissements informatiques pour évoluer !", remarque Stephen Kelly (photo), le PDG de Micro Focus.

Mener la chasse aux coûts cachés

"Il est tout aussi impératif d'évaluer correctement la valeur de ses actifs pour pouvoir mener une chasse efficace aux coûts cachés", souligne Jean-Pierre Bourlet, le PDG de Clarilog. Une valorisation correcte permet en effet d'optimiser sa taxe professionnelle, de réduire le coût de ses contrats de maintenance, de renégocier sa police d'assurance, d'éviter le gaspillage de consommables, etc. A plus long terme, un périmètre applicatif connu et correctement valorisé "aide à prendre les bonnes décisions concernant les investissements futurs et à mieux maîtriser les renouvellements de matériels", confirme Jean-Pierre Bourlet.

Si peu d'entreprises valorisent leurs actifs informatiques, c'est qu'il est très difficile d'établir des normes de mesure de la contribution de l'informatique aux performances. Pour Soumitra Dutta qui a piloté l'étude de l'Insead, les méthodes traditionnelles de valorisation par les coûts ne sont pas les plus adaptées. Combien vaut par exemple une application indispensable au fonctionnement quotidien de l'entreprise ? Le coût de son développement ? Ou le coût de son indisponibilité ? Le professeur de l'Insead estime que chaque entreprise doit mettre au point sa propre grille de valorisation en s'appuyant sur une analyse conjointe. Cette méthodologie consiste à adapter le poids des critères de valorisation en fonction des utilisateurs.

Automatiser la valorisation

En admettant que l'entreprise ait réussi à mettre au point sa grille de valorisation, "celle-ci revient très chère si aucun outil de gestion de parc informatique n'est déployé", rappelle Jean-Pierre Bourlet (photo). Or, "il n'y a que 20 % des PME équipées aujourd'hui d'un réel outil de gestion de parc permettant une valorisation précise des actifs informatiques", ajoute-t-il. Un inventaire manuel peut très vite devenir coûteux pour une entreprise dispersée sur de nombreux sites géographiques.

Le plus souvent, il faut donc s'équiper d'un logiciel de gestion des actifs informatique (Asset Management) tels que ceux de Clarilog ou de Micro Focus. Certains éditeurs issus de la gestion de parc comme ASG, CA, Criston, Staff&Line ou PS'Soft proposent aussi ce type de fonctionnalités. Le recours à un outil est intéressant à deux titres. D'une part, il permet d'automatiser l'inventaire et la valorisation. On peut donc obtenir une valorisation aussi souvent que nécessaire. D'autre part, il permet d'affiner l'analyse des performances et des coûts "en alignant l'informatique sur le business de l'entreprise. Ce qui est l'un des concepts fondamentaux d'ITIL (Information Technology Infrastructure Library)", explique Jean-Pierre Bourlet.

Au final, en valorisant ses actifs informatiques, l'entreprise dispose d'une vue claire et synthétique qui lui permet d'optimiser la valeur et la répartition de ses budgets informatique en fonction de ses objectifs stratégiques métier. "La mise en place de seuils d'alerte permet également à la DSI d'être proactive", conclut Jean-Pierre Bourlet.

Quelques outils de gestion des actifs informatiques :

Editeur
Logiciel
Principales fonctionnalités
Prix (HT)
Clarilog
IT Asset Management
Inventaire automatique multi-sites & multi-parcs, prise en charge du matériel, des logiciels et des consommables. gestion des licences, patchs et correctifs, gestion des incidents et de la maintenance. Gestion des contrats, garanties et des prêts. Gestion financière, reporting et statistiques.
A partir de
5 000 euros pour un parc de 200 postes
Criston
Criston Precision
Inventaires matériel, logiciel, configuration et sécurité, déploiement de logiciels et gestion des applications, prise de main à distance, gestion de l'énergie, gestion des correctifs, scanner de vulnérabilité, analyse de conformité
à partir de 60 euros pour la suite (pour 1000 postes), 15 euros pour l'inventaire seul
LANDesk
LANDesk Management Suite + LANDesk Asset Manager
Inventaire matériel et logiciel, télédistribution, prise de contrôle, déploiement d'OS et migration, gestion des licences et des actifs. Gestion des biens physiques, contractuels et financiers. Traitement d'alertes et suivi financier. Outil complet de reporting et d'analyse.
A partir de 7 000 euros pour la console d'Asset et 60 euros par poste pour LDMS.
Micro Focus
Enterprise View
Gestion de portfolio Applicatif (applications mainframe IBM, Unix, Linux, Windows et AS/400)
Varie en fonction du périmètre du patrimoine applicatif et de la taille du projet
PS'Soft
IT Asset & Service Management Suite
Inventaire, gestion de parc, suivi financier et budgétaire, CMDB, conformité logicielle, Service Desk, gestion des changements, catalogues de services, contrats de service, suivi des processus ITIL, reporting et tableaux de bord de suivi.
Suite logicielle modulaire à partir de 20 000 euros
Staff&Line
EasyVista
Gestion des incidents, des problèmes, des événements, des changements, des mises en production, de la disponibilité, de la continuité de service et des niveaux de service. Gestion du parc et des configurations. Inventaire automatique et portail utilisateurs.
A partir de 2 400 euros par utilisateur
LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages