Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6627.8223 23.4365   nasdaq0.35 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT

Web 2.0 : le glossaire

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Frédéric Bordage le 28/03/2006 - indexel.net
 

De A comme AJAX à W comme Wiki en passant par M comme Mash-up, voici un glossaire complet des nouveaux termes et acronymes utilisés pour décrire les concepts fondateurs du web 2.0.

 

Évolution profonde, le web 2.0 recourt à de nombreux termes et acronymes - la plupart nouveaux - pour définir ses concepts fondateurs. Ce glossaire vous permettra de vous y retrouver dans ce nouveau dédale sémantique. N'hésitez pas à nous envoyer un e-mail si nous avons oublié un terme important.

 

AJAX : Asynchronous JavaScript and XML

 

AJAX est une architecture applicative qui consiste à déporter un site web dans un navigateur. Elle reproduit l'architecture client-serveur, mais en utilisant uniquement des technologies web : XHTML, CSS, DOM (Document Object Model) et Javascript. La notion de "page" disparaît au profit d'un seul écran (motif de conception Single Page Interface) constitué de composants qui s'exécutent localement (dans le navigateur) et indépendamment les uns des autres. Chaque composant peut échanger des données structurées avec un serveur web grâce au mécanisme Javascript XMLHttpRequest. Il existe aussi d'autres protocoles de communication entre le client et le serveur comme JSON. AJAX s'appuie sur une programmation événementielle : un clic de souris déclenche, par exemple, une demande de données côté serveur. L'assemblage des composants entre eux s'appuie sur une approche évènementielle. Exemple : Zimbra

 

API : Application Programming Interface

 

Une API est une interface de programmation qui permet à deux sites web d'échanger des données de manière programmatique, sans recourir à une interface graphique utilisateur (GUI). Il existe deux types d'API : synchrones (SOAP) et asynchrones (REST). L'API décrit les objets / fonctions (nom, structure, méthodes, etc.) exposés par le site de façon à ce qu'un autre site web puisse ajouter, modifier, supprimer des données soit en appelant une méthode, soit en échangeant un fichier structuré (XML, CSV, etc.). Exemple :  Programmableweb.com

 

Blog

 

Journal personnel en ligne. Les blogs sont des "sites perso" de deuxième génération. Contrairement aux "pages perso" qui nécessitaient des compétences techniques (HTML, FTP, etc.) et étaient donc réservées aux informaticiens, les blogs sont très simples à utiliser. N'importe quel internaute peut donc en créer un. Les blogs possèdent des mécanismes avancés de syndication qui permettent à plusieurs blogs complémentaires de se relier les uns aux autres (blogroll) pour maximiser leur trafic. Les blogs possèdent également un système de commentaires qui permet aux lecteurs de faire des remarques sur un article. Exemple : Sbordage.com

 

Blogroll

 

Le blogroll est une collection de liens hypertextes, généralement regroupés sur la page d'accueil d'un blog, qui pointent vers d'autres blogs. Il est possible de syndiquer un blogroll à l'aide du format XML OPML. Exemple : ReadWriteWeb.com

 

FolkMind

 

FolkMind caractérise l'esprit planétaire qui émerge avec le web 2.0. Les blogs exposent des données structurées : tags, blogroll (OPML) et flux RSS. En agrégeant l'ensemble de ces flux, on peut calculer à un instant T les tags les plus utilisés et les blogs les plus influents. Comme les blogs expriment souvent une opinion, les tags les plus utilisés reflètent "l'état d'esprit" du web 2.0 et les idées fortes qui l'animent à un instant T. Exemple : BlogDex.com

 

Folksonomy

 

Contraction de "folk" et de "taxonomy", la folksonomy est le classement réalisé par les internautes du monde entier lorsqu'ils "taguent" des pages et sites web sur des sites de référence comme del.icio.us. C'est en quelque sorte un nouveau "Google" constitué manuellement par et pour les internautes. Voir également : tags [insérer 1 Ancre sur Tags].

 

Mashup (mash-up)

 

Service en ligne construit en combinant d'autres services en ligne. Les mash-ups s'appuient sur les APIs des sites "web 2.0". Exemple : Annuaire de Mash-ups

 

Microformats

 

Format consensuel (ce n'est pas un standard) qui permet d'enrichir une page XHTML de métadonnées afin de faciliter le travail des moteurs de recherche. Les microformats s'appuient sur les attributs "class", "rel" et "rev" des éléments XHTML. L'attribut "rel" d'un lien hypertexte permet, par exemple, d'indiquer la nature de l'information vers laquelle pointe le lien. Le microformat le plus connu est XHTML Friends Network (XFN) qui utilise l'attribut "rel" pour indiquer la nature de la relation entre l'auteur de la page XHTML et les personnes vers lesquelles pointent des liens contenus dans cette page. Exemple : XFN

 

OPML : Outline Processor Markup Language

 

Format XML permettant d'échanger des listes de fils ou flux (ou feed) RSS. Le format OPML définit la façon de classer hiérarchiquement une liste d'éléments. On l'utilise aussi, par exemple, pour partager des playlists, des albums photos, etc. Voir également : RSS

 

Permalink

 

Une nouvelle façon de désigner les URL (Unique Resource Locator). Un permalink est une URL stable dans le temps qui permet d'accéder à tout moment, et avec la certitude que le lien n'est pas cassé, à une ressource sur le web. On les utilise notamment pour les articles publiés sur les blogs. Voir également : Trackback

 

Lire la suite de l'article.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages