Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS

Client riche : de nombreuses technologies concurrentes

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 25/01/2006 - indexel.net
 

Parmi les développeurs, le concept de client riche fait l'unanimité par sa capacité à allier les avantages des clients légers et lourds. Son seul problème résiderait plutôt dans une abondance de technologies concurrentes. Revue de détail.

 

Client riche Internet : Ajax et Flash/Flex en lice

 

Côté client riche Internet, plutôt destiné aux applications déployées sur le Web, Ajax a le vent en poupe. Ce concept qui signifie Asynchronous JavaScript and XML est basé sur des technologies Microsoft désormais intégrées dans tous les navigateurs. Son principe : un code JavaScript est chargé par le navigateur et exécuté. Il permet de gérer des zones d'affichage et de saisie dont la description et les données transitent entre navigateur et serveur via des messages XML. Les zones sont rafraîchies indépendamment les unes des autres et parallèlement aux actions de l'utilisateur. Ce dernier peut même déplacer des zones à la souris, par exemple les colonnes d'un tableau. L'implémentation la plus connue est sans doute le service Gmail de Google. L'inconvénient d'Ajax résidait naguère dans la nécessité de coder l'application en dur. Mais on a vu apparaître des outils et librairies, dans le monde de l'open source, chez Microsoft (avec Atlas) et Oracle (Oracle Application Development Framework) ou encore chez le français Ideo Technologies.

 

L'autre standard de client riche Internet (voir notre tableau comparatif) est proposé par Macromedia (racheté par Adobe). Installé sur la quasi-totalité des PC, le célébrissime Flash Reader est un plug-in permettant d'afficher des animations. Avec Flex, qui est un serveur de présentation dialoguant en XML avec le plug-in, on peut créer une interface utilisateur décrite dans le langage MXML (Macromedia XML). L'éditeur fournit en outre un outil de développement (Flex Builder) et des composants graphiques.

 

Le client riche autonome : Sun, IBM et Microsoft

 

Le client riche autonome est davantage destiné aux applications d'entreprises. Pour le mettre en oeuvre, on a le choix entre trois technologies (notre tableau) respectivement promues par Sun, Microsoft et un projet open source sur lequel s'appuie IBM. Pour l'instant, aucune ne prend le pas sur les autres. Elles sont assez identiques dans leur principe, avec une fonction de déploiement complétant une technologie de client lourd, ainsi que des environnements de développement prenant en compte cette fonction. Sun s'appuie sur sa technologie Swing dédiée au développement de clients lourds s'exécutant dans le Java Runtime Environment (JRE). Elle est complétée par le Java Web Start (JWS) qui permet le déploiement et la mise à jour du client riche lui-même mais aussi du JRE.

 

"Les applets Java constituent depuis longtemps un bon moyen de déployer des applications clientes mais le JWS s'en différencie essentiellement en permettant de s'affranchir du navigateur", précise Alexis Moussine Pouchkine (photo), architecte Java chez Sun. NetBeans, un environnement de développement visuel concurrent d'Eclipse, est en outre complété par NetBeans Platform, qui apporte des squelettes d'interfaces graphiques.

 

Eclipse RCP (Rich Client Platform) s'inscrit pour sa part dans Eclipse, le projet open source d'environnement de développement en Java. Il comprend une technologie de déploiement et d'installation de clients riches qui prennent la forme de plug-ins, ainsi qu'une panoplie de plug-ins génériques. Gros contributeur du projet, IBM l'a utilisé comme base pour créer son Workplace Client Technology Rich Edition. Il y a ajouté des composants graphiques (le Standard Widgets Toolkit) et une fonction de synchronisation avec une base locale.

 

"Le Workplace permet aussi d'unifier la présentation et l'accès à des applications de type client léger Web et client riche. De plus, un futur outil, le Workplace Designer, sera dédié à la réalisation d'applications des deux types", précise Dominique Picard (photo), manager au laboratoire software de Paris chez IBM. De son côté, Microsoft propose le Windows Smart Client (WSC) qui permet de déployer à partir d'un navigateur, une application Windows s'exécutant dans le framework .NET. D'autre part, l'environnement Visual Studio permet de développer des applications prêtes à être déployées via le WSC. Cette offre est comparable à celle de Sun et du projet Eclipse RCP mais limitée au monde Windows.

 

Les principales technologies de client riche

 

Technologie
Promoteurs
Type
Description
Ajax (Asynchroneous JavaScript and XML)
Nombreux promotteurs
Client riche
Internet
JavaScript téléchargé par le navigateur, échanges XML avec le serveur.
Flash et Flex
MacromediaAffichage dans le plug-in Flash Reader d'une interface décrite en XML et générée par un serveur Flex.
Eclipse RCP (Rich Client Platform)
Open SourceClient riche autonomeClient s'exécutant sous la forme de plug-in dans le Java Runtime Environment.
Workplace Client Technology Rich Edition
IBMBasé sur Eclipse RCP, notamment complété par une librairie de composants graphiques.
Windows Smart ClientMicrosoftClient s'exécutant dans le framework .NET, technologie de déploiement gérée par Visual Studio.
Swing, NetBeans et Java Web StartSunClient s'exécutant directement dans le Java Runtime Environment.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages