Lundi 23 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS

EAI : enfin des solutions économiques et rapides

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 08/10/2004 - indexel.net
 

Longtemps synonymes de projets lourds et coûteux, les solutions d'intégration d'applications (EAI) offrent désormais une alternative économique aux multiples interfaces spécifiques que beaucoup d'entreprises développent encore.

 

Bien souvent, les échanges entre PGI, GRC, site marchand ou plate-forme B-to-B s'effectuent encore via des requêtes SQL, voire de simples fichiers plats générés avec les outils de développement habituels. Une méthode qui, dans l'immédiat, se révèle peu coûteuse et ne nécessite pas de nouvelles compétences mais qui, à moyen terme, pose des problèmes de maintenance et d'exploitation. Car il faut autant d'interfaces que de couples d'applications à mettre en relation. Les EAI (Enterprise Application Integration, outils d'échanges de messages "au fil de l'eau" entre applications) apportent une réponse en proposant une plate-forme commune qui permet de définir des règles déclenchant ou enchaînant des transformations de données et des échanges de messages, en partant éventuellement d'une modélisation des processus métiers.

 

EAI tactiques ou stratégiques : le pragmatisme l'emporte sur les étiquettes

 

Depuis trois ans, le marché distingue les EAI tactiques adaptés aux besoins ponctuels, par opposition aux plates-formes stratégiques qui sous-tendent des projets d'infrastructure (voir notre tableau ci-dessous). En réalité, si la mise en place d'une plate-forme dite tactique pour mettre en relation deux applications ne s'étend pas à la réalisation d'autres interfaces, le jeu n'en vaut pas la chandelle. "Dans une PME, il ne s'agit jamais de faire table rase et de tout remettre au propre avec un EAI mais plutôt d'éviter à un moment donné d'ajouter une verrue de plus puis de migrer très progressivement les anciennes verrues vers l'EAI", estime Laurent Chevet (photo), directeur technique de Brainsoft.

 

Pour leur part, les éditeurs ont placé différentes idées derrière le terme tactique. Les spécialistes historiques des EAI, comme WebMethods ou Oracle, ont annoncé des versions bridées de leurs produits. Les éditeurs du monde des ETL (Extract Transform Load, outils d'échanges et de transformation de données en différé, entre SGBD) ou de petites plates-formes d'échanges ont profité du phénomène pour revendiquer l'appellation EAI dont l'utilisation commençait à être très encadrée par le Gartner Group, tout en améliorant leurs produits. Blueway, Cross DataBase Technology ou Sunopsis proposent ainsi des plates-formes qui se rapprochent des grands EAI.

 

"Loin de cette agitation marketing, les entreprises demandent des outils bon marché, rapides à mettre en oeuvre et qui ne les entraînent pas dans une longue démarche faisant intervenir de nombreux consultants", affirme Dominique Jourda (photo), directeur d'Intersystems France. En l'occurrence, les EAI tactiques sont vendus entre 25 000 et 80 000 euros, somme à laquelle il faut ajouter le coût de la mise en oeuvre et du transfert de compétences, souvent supérieur à celui de la licence.

 

Modélisation des processus métiers : une démarche encore rare

 

L'existence d'un outil de modélisation des processus métiers représente un autre point souvent évoqué pour différencier les offres stratégiques. Un tel module est jugé superflu par l'immense majorité des PME qui, ayant identifié a priori les interfaces qu'elles souhaitent mettre en place, veulent démarrer immédiatement leur réalisation. Il reste qu'à moyen terme une telle modélisation pourrait entrer dans les moeurs. 

 

"Même pour un petit projet, il faut avoir une réflexion en amont sur les processus et les flux de données, ce qui permet de préciser les messages qu'il faudra faire circuler ainsi que leur nature, synchrone ou asynchrone", conseille Christian Bernard, directeur technique de Cosmosbay. Mais d'ajouter : "s'il s'agit seulement de faire du routage de messages avec un peu de transformation de données, on peut faire l'impasse sur la connaissance des processus mais cela devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que les traitements se complexifient".

La plupart des éditeurs d'EAI tactiques anticipent cette évolution. "NetEAI 4 permettait déjà de construire un workflow décrivant l'enchaînement des flux mais à un niveau encore très bas", précise Michel Haen (photo), directeur de la R&D chez Blueway. Cet acteur a ainsi intégré une véritable gestion des processus dans la version 5 en cours de lancement. Une telle fonction a été améliorée dans Microsoft BizTalk 2004 et est nativement présente dans Ensemble d'Intersystems ou Oracle BPEL Process Manager, tous trois vendus à un prix d'EAI tactique. En revanche, l'offre WebMethods Express que son éditeur destine aux PME reste dénuée de cette fonction.



Les principaux EAI tactiques

Produit
Editeur
SystèmeModélisation des processus métiers
NetEAI
Blueway
Versions Windows et JavaOui (depuis septembre 2004)
EnsembleIntersystemsWindows, Unix, JavaOui
DataExchanger
Cross DataBase Technology
WindowsNon
BizTalk Server
Microsoft
WindowsOui
Oracle BPEL Process ManagerOracleJavaOui
Sunopsis V3SunopsisJavaNon
WebMethods ExpressWebMethodsWindows ou UnixNon (évolution possible vers produit complet)


 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages