Jeudi 19 octobre 2017
NASDAQ : 6624.22 0.56   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS, SUR LE TERRAIN

Gestion des matériels nomades : halte à l'anarchie

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Burçin Gerçek le 07/06/2001 - indexel.net
 

Les assistants personnels ou autres matériels mobiles ne s´intègrent pas facilement dans les parcs informatiques. Pas de formule magique pour une insertion réussie : la société Guerbet a choisi une gestion centralisée pour contrôler ses équipements, alors que le "cas par cas" a fait ses preuves chez CHR Link.

 

 

"Au début, le développement du matériel mobile était tout à fait anarchique. Tout le monde utilisait son propre PDA ou son ordinateur portable et essayait ensuite de se connecter au réseau de l´entreprise", se souvient Philippe Charbon (photo), directeur des systèmes d´information de Guerbet. "Nous étions sans cesse sollicités par les utilisateurs qui ne pouvaient pas lire leurs courriers car leurs Palms n´étaient pas compatibles avec le système central". Cette société pharmaceutique de près de 1000 salariés a dû apprendre à harmoniser la gestion de ces nouveaux outils, souvent mal connus par les informaticiens eux-mêmes.

"Chaque outil a son propre mode de fonctionnement. Un logiciel qui marche très bien avec un Psion peut ne pas marcher avec un Palm. Il est vrai qu´on ne maîtrise pas encore ces détails techniques", reconnaît Philippe Charbon. Pour mettre fin au désordre, Guerbet décide de fournir à ses 40 détenteurs de PDA - y compris les outils personnels - une interface unique, compatible avec Lotus Notes utilisé par l´entreprise. Intitulé Hotsync, le logiciel prend en charge l´administration du parc des PDA et gère les mises à jour des agendas via un serveur. Mais pour une actualisation complète, il faut que l´utilisateur soit connecté au système, ce qui est rarement le cas du personnel itinérant, qui ne se connecte qu´occasionnellement.

Licences par nombre d'utilisateurs

"Le PDA a démarré comme un gadget que les salariés achetaient à titre personnel. Mais cette situation ne pouvait pas durer longtemps à cause des confusions au niveau des garanties et de la gestion des licences", précise Philippe Charbon. Le matériel personnel est alors remplacé petit à petit par le matériel acheté par l´entreprise. Mais une minorité persiste encore aujourd´hui à utiliser son propre PDA. "Nous avons négocié des licences par nombre d´utilisateur et non par poste ou lieu de travail. L´utilisation du matériel personnel ne pose donc pas de problème du point de vue des licences".Mais ces précautions ne suffisent pas à résoudre le problème des réplications des données. Les PDA ne supportent pas un transfert massif des courriers électroniques et sont vite saturés à cause de la taille limitée des boîtes aux lettres. Sans parler des problèmes des pièces jointes aux e-mails, non gérés par les assistants personnels. "Nous avons également eu des difficultés de synchronisation. Certains rendez-vous apparaissent en double sur le serveur ou une nouvelle tâche peut en écraser une autre. Pour l´instant, nous supprimons manuellement ces doublons, en attendant une amélioration des outils", explique Philippe Charbon.

Le transfert des données ne pose pas de problème quand les mises à jour sont gérées au niveau des postes clients et pas au niveau du serveur. La société CHR Link, spécialisée en services dans le secteur de l´hôtellerie et de la restauration, a choisi de laisser aux utilisateurs la synchronisation de leurs agendas et de leurs carnets d´adresses. "Nous avons l´avantage de gérer un petit parc, composé de deux PDA et de huit portables", précise Christophe Ancey, directeur informatique de la société lyonnaise. "Si on devait mettre à jour une flotte importante de matériel mobile, nous aurions besoin d´un outil centralisé car la gestion des cas particuliers prendrait beaucoup de temps". Une perte de temps qui se transformerait vite en perte d´argent : selon une étude de Gartner Group, 40 % du coût d´utilisation d´un PDA est lié au temps passé à entrer et à mettre à jour les données. "Ce sont des outils simples à utiliser et qui ne nécessitent pas de maintenance. Une simple assurance suffit souvent à protéger le matériel. La difficulté vient de l´harmonisation avec les systèmes classiques", souligne Philippe Charbon. "Les coûts d´administration restent raisonnables si on détermine bien les règles d´utilisation".

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour plus d'informations sur les PDA

Mobinet : site des téléphones et des PDA pour des plates-formes variées (Palm, Windows CE, Epoc).
Palmagora : conseils sur les machines compatibles PalmOS (Palm, HandSpring, HandEra, SONY).
Impasse Psion : actualités, logiciels et téléchargements sur les séries S5.
Ludipocket : site des utilisateurs des pocket PC.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages