Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6623.6567 0.3477   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS, SUR LE TERRAIN

Le courant porteur séduit les PME et les collectivités locales

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Julien Blin le 25/08/2004 - indexel.net
 

Utiliser l'infrastructure électrique afin de créer un réseau local ou partager un accès Internet ADSL est désormais possible grâce au courant porteur en ligne (CPL). Une solution qui séduit de plus en plus de PME et de collectivités locales.

 

Face à d'autres technologies comme le Wi-Fi, le courant porteur en ligne (CPL), qui utilise le câblage électrique et les prises existantes, présente des avantages indéniables : débits symétriques jusqu'à 15 Mbit/s, rapidité et simplicité de mise en oeuvre, faible coût d'installation, mobilité à l'intérieur du bâtiment, sécurité, absence d'ondes électromagnétiques... Depuis plus d'un an, des offres basées sur le CPL sont disponibles sur le marché français, et poussées par des acteurs tels que Oxance, Easyplug (filiale de Schneider Electric), Alterlane, LEA ou Edev CPL Technologies (filiale d'EDF). Climat de France et la Mairie de Meylan, deux structures utilisatrices, apportent des témoignages encourageants.

Climat de France : la réponse aux exigences du secteur hôtelier

En juin 2004, l'hôtel Climat de France dans les Hauts-de-Seine décide de s'équiper d'une solution CPL afin de partager une liaison ADSL depuis chaque chambre de l'établissement. "Nous souhaitions trouver une solution efficace, simple, de qualité, non polluante et sécurisée pour proposer à nos clients un accès à l'Internet haut débit", précise Bernard Berry (photo), gérant de l'hôtel. L'infrastructure, déployée par la société Datavolt, comprend sept coffrets PLA200 0xance de type Home-Plug (dont cinq mobiles loués par les clients), un modem ADSL - avec un réseau ADSL à 1024 Kbit/s contre un réseau LAN à 2 Mbit/s -, un coupleur de phase, et un système d'administration et de facturation. Le tout à faible coût : 3000 euros HT. Ce système revenant à moins de 100 euros par prise permet ainsi de partager un accès ADSL entre les chambres. "Il y a donc un seul modem et une seule ligne ADSL à 1024 Kbit/s partagée par l'ensemble des utilisateurs", précise Bernard Berry.

Ce système présente également l'avantage d'être évolutif : "en fonction de nos besoins, nous pourrons progressivement acheter et ajouter de nouveaux coffrets mobiles", se félicite le gérant. Grâce à la gestion des adresses Mac, qui permet de définir des règles et de filtrer les flux, le système est aisément configurable. "Il est facile d'interdire les accès pour éviter qu'un client de l'hôtel se connecte au PC d'une autre chambre. À l'inverse, il est possible de créer un espace de travail privé et sécurisé entre  utilisateurs", précise Bernard Berry. Avantage côté hôtelier : la possibilité de fixer ses propres tarifs (à la journée, la demi-journée ou la demi-heure), garantissant ainsi un retour sur investissement rapide. "Nous dégageons 100% de marge sur nos prix, contre 10 % à 15 % si nous avions proposé des cartes à gratter Wi-Fi vendues 10 à 15 euros par les opérateurs pour une heure de connexion. D'autre part, le coût pour nos clients est bien moindre avec un forfait de cinq euros pour la nuit", conclut Bernard Berry.

Mairie de Meylan : une solution non polluante et peu coûteuse

 

En février 2004, dans le cadre du projet ETIC visant à familiariser les enfants avec les nouvelles technologies, la mairie de Meylan (Isère) décide d'équiper quatre groupes scolaires en CPL. "Du fait qu'il s'agissait d'enfants, le Wi-Fi a été rapidement abandonné pour des questions liées aux transmissions d'ondes électromagnétiques et donc au principe de précaution", explique Patrice Daumas (photo) administrateur réseau, adjoint au chef de service à la Mairie de Meylan. La ville a ainsi opté pour une solution de type DS2 proposée par Easyplug (filiale de Schneider Electric) qui leur offrait 41 modems clients pour un budget de 35 000 euros TTC avec une garantie de trois ans. "Soit une économie de 20 à 25 % par rapport à un réseau filaire classique", précise Patrice Daumas. Au moyen d'un adaptateur spécifique (modem CPL), il est dès lors possible d'utiliser les prises électriques existantes dans le bâtiment pour créer un réseau informatique local (LAN). "D'où une simplicité d'utilisation et une économie substantielle sur le budget travaux", explique Patrice Daumas. Sur la base de deux ordinateurs par classe, l'informatisation représente un parc de trente micro-ordinateurs raccordés. Concrètement, la connexion au réseau électrique se fait par l'intermédiaire du modem CPL permettant de connecter deux micro-ordinateurs (voire d'autres périphériques grâce à un switch), bénéficiant d'un débit moyen de 8 à 15 Mbit/s effectif (réseau LAN) et 512 Kbit/s pour la connexion ADSL. "Ce qui n'aurait certainement pas été le cas avec les solutions CPL dites Home-Plug offrant deux Mbits/s en moyenne en réseau LAN", précise Patrice Daumas.
 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages