Lundi 23 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS

Virtualisation : des applications diffusées en streaming vers les PC

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 07/02/2007 - indexel.net
 
Lci_virtualisation_applicat

C'est de la virtualisation. Et pourtant, c'est nouveau. Il s'agit de virtualiser les applications clientes afin de les segmenter et de les isoler du système d'exploitation. A la clé, une résolution des conflits et une diffusion facilitée.

 

Cela n'a pas grand-chose à voir avec les machines virtuelles de type VMware et pourtant, on emploie bien le terme de virtualisation pour désigner ce nouveau concept inauguré par Softricity (depuis racheté par Microsoft) et récemment repris par Wyse et Citrix. Leurs produits visent à résoudre deux problématiques distinctes : d'une part la suppression des conflits entre applications, d'autre part une diffusion centralisée des packages, avec davantage de souplesse qu'en simple télédistribution. Cette virtualisation consiste à isoler les applications entre elles et à les séparer elles-mêmes du système. Pour ce faire, une couche insérée sur chaque PC entre Windows et les applications filtre les appels systèmes et les redirige éventuellement.

D'autre part, des packages d'installation spécifiques préalablement constitués embarquent la totalité du code exécutable, y compris celui qui correspond aux DLL. Il est ainsi possible de faire cohabiter plusieurs versions d'un même logiciel ayant chacune besoin de versions différentes d'une même DLL. A noter que la solution d'Altiris se démarque de ses concurrentes. Certes, elle constitue également des packages spécifiques mais les DLL continuent à exister en tant que telles. Elles sont simplement dupliquées et placées dans des conteneurs accueillant les différentes applications. Les risques de conflits sont donc également supprimés. Là réside le principal avantage de ces offres.

Un nouveau mode de diffusion des applications

"Autre avantage, les applications ainsi virtualisées fonctionneront exactement de la même façon sous Windows 2000, XP ou Vista. Il n'est donc plus nécessaire de les requalifier lorsque l'on change de système", explique  Jérôme Boulon (photo), directeur commercial de Miel. Il y a quand même un inconvénient : certaines interactions entre applications peuvent poser des problèmes, que l'on peut toutefois généralement contourner. Parallèlement, les solutions de Microsoft, Wyse et Citrix inaugurent un nouveau mode de diffusion. Un serveur envoie, bloc par bloc, le package vers le PC, au fur et à mesure que les fonctions applicatives correspondant à ces blocs sont sollicitées par l'utilisateur. On parle de streaming. Un noyau initial est toutefois initialement transmis et les blocs peuvent être conservés sur le PC afin d'accélérer le lancement de l'application.

De plus, il est possible de forcer l'envoi de la totalité du package afin que l'application puisse fonctionner en mode déconnecté. C'est essentiel pour les PC portables. Enfin, une console permet de spécifier les droits d'accès aux applications virtualisées. Là encore, l'offre d'Altiris baptisée Software Virtualization Solution (SVS) se démarque en conservant une diffusion traditionnelle, effectuée manuellement ou via un outil de télédistribution. Mais une fois les packages envoyés, on peut les activer ou les désactiver à distance.

Quatre offres bien différenciées qui devront encore évoluer

Entre Microsoft, Wyse et Citrix, le choix sera facile. La solution de Citrix n'est pas encore commercialisée. "Mais elle pourrait intéresser les entreprises souhaitant une intégration avec Citrix Presentation Server", estime Gwenaël Kermorvant (photo), directeur technique de Kappa. En effet, on peut accéder au travers d'un même portail, aux applications aussi bien virtualisées que diffusées en traditionnel mode client léger (ICA ou RDP). Pour sa part, Wyse Streaming Manager cible plutôt les clients légers du constructeur, qui doivent être suffisamment puissants pour exécuter le code, alors qu'habituellement, ils se contentent d'afficher une image de l'application dont le code reste exécuté sur un serveur.

L'offre de Microsoft cumule quant à elle les avantages de la maturité et du nom de son éditeur. Quant à celle d'Altiris, elle séduira les entreprises uniquement intéressées par la virtualisation et ne souhaitant pas mettre en place une infrastructure dédiée au streaming. Elles profiteront éventuellement de l'intégration avec les outils de télédistribution et de génération de packages d'installation de l'éditeur. Il reste que ces offres devront encore évoluer. "Nos clients se montrent très intéressés par le concept mais voudraient que les éditeurs fassent eux-mêmes le travail de réalisation des packages spécifiques", affirme Gwenaël Kermorvant. Cela ne sera possible que si cette technologie se standardise. "Il est très probable que la virtualisation sera un jour intégrée dans Windows", estime à ce propos Jérôme Boulon.

Les principaux outils de virtualisation des applications clientes :

Fournisseur
Produit
Diffusion des packages
Poste client
Altiris
Software Virtualization Solution (SVS)
Traditionnel, avec support de Wise (outil générant des packages) PC
Citrix
Citrix Streaming Server (projet Tarpon) Traditionnel ou par streaming PC
Microsoft
Softricity SoftGrid
Traditionnel ou par streaming PC
Wyse
Wyse Streaming Manager
Par streaming Client léger ou PC
LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages