Lundi 11 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS

Virtualisation du stockage : un concept séduisant mais immature

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 09/06/2004 - indexel.net
 

La virtualisation du stockage en réseau offre aux serveurs une vision homogène de ressources hétérogènes dispersées sur un SAN, tout en apportant des fonctionnalités de copie et de réplication. Peinant à s´imposer, le concept pourrait retrouver un nouvel élan en investissant les commutateurs Fiber Channel.

 

 

La virtualisation du stockage consiste à intercaler une couche d´abstraction entre baies de disques et serveurs applicatifs. Ces derniers accèdent ensuite à cette couche - le moteur de virtualisation - qui lui-même dialogue avec les ressources de stockage réparties sur le SAN. Celui-ci se comporte ainsi comme une grosse et unique baie virtuelle (voir notre tableau). "Une telle architecture est très structurante car elle prend la main sur toutes les données de l´entreprise, ce qui représente un engagement et un investissement à moyen terme", prévient Frédéric Podetti (photo), responsable des produits de stockage chez IBM. En contrepartie, les opérations d´administration telles que l´allocation d´espaces, la réplication distante ou la copie locale s´en trouvent simplifiées. Ces fonctionnalités font d´ailleurs partie des solutions proposées sur le marché. De plus, le support de ressources hétérogènes est souvent mis à profit pour migrer d´une baie vers une autre.

Architecture symétrique ou asymétrique : deux écoles

Les produits se répartissent en deux catégories dont l´architecture est tantôt symétrique (ou in-band), tantôt asymétrique (out-of-band). Avec la première, le moteur de virtualisation reçoit les requêtes des serveurs et les exécute (en lisant ou écrivant les blocs de données sur les disques répartis sur le SAN). Autrement dit, tous les flux passent par lui. Pour éviter qu´il ne devienne un point de faiblesse, il faut le monter en cluster. Avec le mode asymétrique, le serveur de virtualisation voit son rôle limité à la gestion des services d´allocation et de copie. Requêtes et flux transitent ensuite directement entre serveurs et baies, par le biais d´une couche de virtualisation intégrée dans chaque serveur via un agent. Il n´y a donc plus de risque de goulet d´étranglement mais ces agents doivent être déployés. Souvent jugé plus évolutif, le mode asymétrique semblait promis à un grand avenir, Veritas et HP ayant d´ailleurs pratiquement abandonné leurs offres symétriques. Mais IBM et FalconStor persistent et signent

Le serveur de virtualisation : logiciel, appliance, contrôleur disque ou commutateur

Physiquement parlant, le serveur de virtualisation prend différentes formes. Chez Veritas et FalconStor, c´est un logiciel qu´il faut déployer sur un serveur. IBM fournit logiciel et serveur mais décline son produit sous la forme d´une baie de disques dont le contrôleur, qui voit les autres baies au travers du SAN, intègre la couche de virtualisation. Quant à la solution de HP, elle prend la forme d´un appliance (ou boîte noire). Aucune de ces formules ne s´est toutefois vraiment imposée, pour des raisons liées à leur complexité de déploiement et aux craintes quant à la robustesse du matériel. "Malgré les réelles promesses du concept, les clients ont perdu confiance devant l´absence de solutions simples et fiables", estime Geoffroy Allaire (photo), ingénieur avant-vente chez l´intégrateur APX Computer. A tel point que FalconStor, qui fut figure de pionnier, change de discours. "Nous mettons maintenant l´accent sur les services de copie et de réplication. Leur mise en oeuvre est facilitée par le moteur de virtualisation mais celui-ci peut être activé plus tard, voire jamais", explique Alexandre Delcayre, directeur technique EMEA chez FalconStor.

A terme la virtualisation sera intégrée au réseau de stockage

Les verrous pourraient sauter avec l´intégration de la virtualisation dans des commutateurs Fiber Channel. "Point focal, le réseau représente la meilleure façon de mettre en relation serveurs et ressources de stockage", argumente Hervé Castan (photo), consultant offre SAN chez Cisco. A terme, on peut ainsi imaginer que la virtualisation sera de facto présente dans n´importe quel réseau de stockage. Mais il faudra attendre que sortent des commutateurs l´intégrant en standard, ce qui est loin d´être le cas dans les toutes premières offres. Par exemple, dans le cas de celle de Veritas, il faut acquérir une licence auprès de l´éditeur, puis un commutateur Cisco, ainsi que l´extension qui supportera la virtualisation et enfin confier l´installation et le déploiement à un intégrateur !

Quelques moteurs de virtualisation du stockage

Fournisseur
 
Produit
 
Type
  Serveur   Portage
sur des commutateurs
HP
 
CASA (Continuous Access Storage Appliance)
 
Asymétrique
 
Appliance
  Non prévu
IBM
 
SAN Volume Controller
 
Symétrique
 
Cluster
  Cisco
    SAN Integration Server   Symétrique   Contrôleur d?une baie de disques    
FalconStor
 
IPStor
 
Symétrique
 
non fourni
  Maxxan, Brocade (prévu)
Veritas
 
SAN Volume Manager
 
Asymétrique
 
non fourni
  Cisco (disponible) et Brocade (fin 2004)

 

 

 

 

 

 

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages