Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SECURITE

Agir lorsque le disque dur ne répond plus

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Jérôme Saiz le 27/01/2004 - indexel.net
 

Il est souvent possible de récupérer toutes les données d´un disque dur défectueux. A condition de savoir prendre les bonnes décisions et... de s´en donner les moyens. Mode d´emploi.

 

La première tâche de l´entreprise face à un disque dur muet est d´évaluer la valeur des informations qu´il contient : c´est ce qui va déterminer la nécessité d´utiliser les services d´un spécialiste de la récupération de données. Car il n´est pas rare qu´il soit possible de reconstituer ses données à partir de sources extérieures (d´autres bases de données, d´autres collaborateurs...) en sacrifiant seulement quelques jours de saisie. Dans ce cas, le coût de la saisie est souvent largement inférieur à une procédure de récupération qui ne se justifie plus.

Si les données sont stratégiques et n´existent plus que sur le disque dur endommagé, il faut alors isoler ce dernier rapidement afin de lui éviter toute nouvelle activité (y compris le démarrage d´un système d´exploitation). Chaque nouvelle utilisation, même pour essayer de diagnostiquer plus avant la panne, pourrait compromettre les chances de récupération ultérieures.

Le risque d'aggraver les choses

A ce stade, l´entreprise se trouve face à un nouveau choix capital : utiliser un logiciel du commerce - bon marché - pour tenter de sauver les données, ou confier d´emblée le disque à un spécialiste (voir liste ci-dessous) qui lui facturera plusieurs milliers d´euros. "Les logiciels du commerce seront efficaces s´ils sont utilisés dans un domaine précis, face à des problèmes bien identifiés. Ce sont généralement des pannes logiques simples. Mais encore faut-il être capable de faire le bon diagnostic ! Cela fait prendre le risque de se tromper et d´aggraver les choses parce que le logiciel n´aura pas été utilisé dans ses conditions nominales", évalue Guillaume Muscat (photo ci-dessus), de LMCI.

Face à ce dilemme, il est toutefois possible d´opter pour la solution médiane : beaucoup de spécialistes accepteront de faire un simple diagnostic pour une centaine d´euros. Cela permettra de savoir si la panne peut être réglée par un logiciel ou non. Les défaillances des disques durs se classent en deux catégories : logiques ou mécaniques. Les pannes logiques peuvent être causées par un virus informatique qui aurait perturbé la structure des données sur le disque, ou même par un logiciel légitime - y compris le système d´exploitation ! - pris en défaut. Ces défaillances se règlent en général facilement, avec plus ou moins de travail en fonction du système de fichier utilisé sur le disque dur (NTFS, par exemple, est beaucoup plus simple à récupérer qu´un système de fichier journalisé tel ext3 ou JFS sous Linux) et du type de défaut rencontré.

Souscrire une police d'assurance particulière

Les pannes mécaniques, elles, touchent le disque dur lui-même. Impossible de les confier à un logiciel de réparation puisque c´est ici le disque lui-même qui est endommagé, et non simplement ses données. Chocs, incendies, dégâts des eaux, atterrissage brutal des têtes de lectures (qui creusent alors un sillon dans le support magnétique), voire bug dans le microcode qui contrôle le disque... tout est possible.

"Aujourd´hui nous ne voyons presque plus que des pannes matérielles, qui nécessitent une intervention en laboratoire. Les pannes logiques semblent être évitées par l´amélioration de la qualité des systèmes d´exploitation, la généralisation des anti-virus ou même les outils logiciels de récupération de données, qui peuvent régler les problèmes les plus simples", reconnaît Philippe Joliot (photo), PDG de PCM Assistance. Ce sont donc généralement les pannes mécaniques qui conduisent les disques durs endommagés chez le prestataire de récupération. Ce dernier reçoit généralement le disque par coursier ou transporteur et demande un délai d´une à trois semaines. Des traitements dits "en urgence" sont bien sûr possibles... moyennant finances !

Près de 80% des interventions se soldent par la récupération totale de ce que souhaite le client. Les 20% restants sont soit incomplètes, soit impossibles. Le contenu des disques durs est rendu au client sous la forme de CD gravés prêts à être remis sur un disque dur dans l´état original. Le coût - environ 2000 euros pour un disque dur IDE simple, et entre 6 000 à 10 000 euros pour les cas complexes tels le RAID - peut cependant être pris en charge par l´assurance du matériel informatique souscrite par l´entreprise. "Les pannes matérielles sont considérées par les assureurs comme un bris de matériel informatique et donc couvertes par le contrat. Seules les pannes logiques exigent une police particulière", prévient Guillaume Muscat.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages