Samedi 16 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SECURITE

Continuité et reprise d'activité : l'ébauche d'une convergence

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 14/05/2008 - indexel.net
 
Lci_pac_rac

Plan de reprise d'activité et plan de continuité relèvent encore de technologies et de démarches distinctes. Motivée par des raisons économiques et pratiques, la convergence des deux méthodes devient envisageable.

 

Traditionnellement, plan de reprise d'activité (PRA) et plan de continuité informatique (PCI) sont deux notions traitées de façons différentes par des infrastructures, des personnes ou des prestataires distincts. Le PRA vise à assurer la reprise de l'activité informatique, après un sinistre ou un problème majeur. Les technologies habituellement mises en oeuvre sont la sauvegarde sur cartouches et la reprise sur un site distant dormant (éventuellement celui d'un prestataire spécialisé), avec un délai de reprise (RTO) de l'ordre de un à deux jours. Le PCI vise au contraire à se prémunir contre les incidents courants tels que panne de serveur ou corruption de données. On fait alors de la réplication ou du clustering à l'intérieur de la salle informatique afin d'obtenir un RTO et un RPO (perte de données maxi) qui se rapprochent de zéro.

Des motivations essentiellement économiques

Pourquoi faire converger PRA et  PCI ? Tout d'abord, en faisant évoluer la notion de reprise vers celle de continuité, on évite de perdre une ou deux journées en cas de sinistre. Mais les motivations sont surtout économiques. "Actuellement, pour avoir une véritable continuité de service, il faut doubler l'ensemble des équipements. Et pour le PRA, il faut une deuxième salle informatique, dormante. En final, on quadruple les ressources, donc les coûts", explique Frédéric Goux (photo), directeur de l'activité plan de continuité d'activité. Une convergence permettrait de revenir à un doublement de ces coûts, tout en exploitant en permanence l'ensemble des ressources.

En pratique, une fusion totale du PRA et du PCI consisterait à réaliser une réplication synchrone des données vers un site distant jumeau et restant actif, associée à une technologie de clustering distant. Celui-ci assurerait un basculement instantané, aussi bien en cas de panne mineure que de sinistre majeur. "Même si c'est une tendance, une telle fusion relève d'une vision à long terme", estime Patrick Pinte, responsable des consultants IT chez SCC. Un avis partagé par Frédéric Goux, qui note toutefois que quelques grandes entreprises ont déjà réalisé des architectures de ce type.

Des technologies à la portée des PME

En dehors de telles exceptions, on constate les prémisses d'une convergence par une réduction plus rapide du RTO des PRA, par rapport à celui des PCI. Elle est permise par l'évolution des technologies dont le coût les met en outre à la portée des PME. Le processus a été initié à petites touches, par exemple grâce au remplacement de la sauvegarde sur bande par une télé-sauvegarde sur disque, ou grâce à une réduction des délais de restauration. Aujourd'hui, des outils signés Double Take, SteelEye Technology ou EMC permettent de réaliser à moindre coût et facilement, une réplication asynchrone vers un site distant, via un réseau IP.

"Même la réplication de baie à baie sur Fiber Channel, fonction désormais intégrée à certains produits d'entrée de gamme, devient abordable", complète Patrick Pinte (photo). Quant au basculement des applications sur le site distant, il peut être également assuré par Double Take, ou de plus en plus souvent, en déplaçant et redémarrant un serveur virtuel ou l'image d'un serveur physique. En cumulant ces procédés, le RPO se rapproche de zéro et le RTO ne se compte plus qu'en dizaines de minutes. On est alors à l'intersection entre PRA et PCI.

Une convergence freinée par la difficulté des tests

Cette convergence pose toutefois d'importants problèmes lorsqu'il s'agit de tester le PRA. Celui-ci est habituellement mis à l'épreuve sur un site dormant, donc sans perturber la production. Si les deux sites sont actifs, une telle procédure est impossible. "C'est un argument que mettent en avant, à juste titre, les prestataires d'infrastructures de PRA comme IBM", constate Frédéric Goux, sans pour autant considérer qu'il est définitif. On peut en effet se résoudre à tester en pleine production le PRA, partiellement mais régulièrement.

"Unifier PRA et PCI relève du pragmatisme. D'un côté, on doit se contenter de tests partiels mais de l'autre, on évite de payer un site dormant", résume Frédéric Goux. Deuxième difficulté : en cas de sinistre, le site secondaire supportera seul l'ensemble des applications. Il doit donc être mis à niveau au fur et à mesure que le site primaire évolue. "Cette contrainte étant en pratique difficile à respecter, on devra privilégier les applications les plus critiques", conseille Frédéric Goux.

Terminologie : PRA, PCA, PCI, RTO, RPO...


Plan de reprise d'activité informatique (PRA) Le plan de reprise d'activité informatique est synonyme de plan de secours en cas de sinistre.
Plan de continuité de l'activité (PCA) Contrairement au PRA, le PCA inclut l'ensemble des activités de l'entreprise, dont l'informatique (PCI) n'est qu'une composante.
PCI (plan de continuité de l'informatique) Le PCI est la partie informatique du PCA. Il faut donc comparer PRA et PCI, plutôt que PRA et PCA.
Recovery Time Objective (RTO) Délai maximum acceptable de redémarrage de l'activité après un problème majeur ou un sinistre.
Recovery Point Objective (RPO) Perte de données maximum acceptable après un problème majeur ou un sinistre.

La terminologie associée à la reprise et à la continuité d'activité est très variable d'un fournisseur à l'autre. Celle-ci est cohérente et largement utilisée, en particulier chez Solucom.

LIRE AUSSI
 
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages