Mercredi 18 octobre 2017
NASDAQ : 6623.6567 0.3477   nasdaq0.01 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SECURITE

Dossier sécurité :
de l'utilité de bonnes sauvegardes

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Jérôme Saiz le 07/10/2003 - indexel.net
 

Les stratèges militaires et les experts en sécurité informatique partagent au moins une certitude : ils savent qu´une ligne de défense unique ne sert à rien. Tout comme la ligne Maginot chère aux premiers, la meilleure batterie de pare-feu des secondes est loin d´être infranchissable...

 

"Dans l´ensemble, les PME sont très démunies. Ce n´est qu´après une intrusion ou une attaque virale qu´elles se rendent compte qu´elles n´ont aucune sauvegarde", observe José Grandmougin, responsable avant-vente de la société Fortinet, qui édite des boîtiers de sécurité multi-applications pour les PME. Et il n´est pas seul à faire ce constat : la quasi-totalité des experts interrogés placent le manque de bonnes sauvegardes en tête des erreurs stupides le plus souvent rencontrées chez les PME.

Ces entreprises pêchent souvent plus par paresse que par incapacité technique : "Si tout fonctionne bien depuis plusieurs années, les entreprises se disent souvent que le projet de backup peut bien attendre l´année prochaine", confie Frédéric Tourand, Directeur Technique de Kotio.
Pourtant, au-delà de la paresse, les solutions de sauvegardes fiables et bon marché existent aujourd´hui pour les PME. Toutes ont cependant en commun d´exiger une étude préalable : quoi sauvegarder ? Comment procéder à la récupération de ces données ? A quelle fréquence seront réalisées les sauvegardes et à quelle heure ? Comment seront testés les supports ? Ces questions exigent bien souvent un mini-audit réalisé en interne par le service informatique et chaque collaborateur, ou par un consultant spécialisé qui saura proposer les solutions techniques adéquates.
Ces dernières sont désormais très accessibles, et bien souvent dédiées aux PME. A commencer par les graveurs de CD, qui se sont démocratisés au point d´être souvent livrés en standard avec les nouveaux PC bureautiques. Moins fiables qu´une bande magnétique ou un disque optique industriel, ils ont l´avantage de leur faible coût et leur simplicité... à condition de penser à les graver et à les stocker hors-site. Les CD ont tendance à remplacer avantageusement les lecteurs ZIP d´Iomega, pour lesquels il était nécessaire de gérer la rotation d´un même lot de cassettes.

Les lecteurs DAT, plus récents et parfois plébiscités par les petites structures, semblent cependant souffrir de nombreux problèmes à la restauration des données. Cela pousse certaines PME à opter pour le niveau supérieur : des cartouches (formats DLT, LTO), parfois associées à plusieurs disques durs en mode RAID : une configuration qui n´est plus si extravagante aujourd´hui. Le RAID est devenu commun sur les serveurs d´entrée de gamme, et les lecteurs de cartouches coûtent quelques milliers d´euros.

Plus récemment sont apparus des boîtiers de sauvegardes NAS (Network Attached Storage) à placer sur le réseau, qui intègrent la logique de sauvegarde et les disques durs pour quelques milliers d´euros également.
Enfin, pour gérer ces sauvegardes (en dehors des boîtiers SAN), de nombreuses solutions logicielles sont apparues sur le marché, capables de prendre en charge indifféremment des disques RAID, des unités ZIP, des lecteurs DAT ou n´importe quelle unité de cartouche. Elles sont généralement basées sur des briques Open Source, et sont très abordables (Arkeia, Intradot...).

Le marché

Il faut compter entre 3 000 et 5 000 euros pour un lecteur DLT ou LTO (Dell, HP, Quantum...) et une centaine d´euros par cartouche. Le prix est sensiblement le même pour un boîtier NAS (Actualis, X-Store, Iomega/Computer Associates).
Les logiciels de backup dédiés aux PME (Arkeia, Intradot...) coûtent généralement moins de 2 000 euros (les licences diffèrent selon les éditeurs).

Lire également :
- Sauvegarde de données automatisées : l´alternative Linux
- Autoloaders et librairies de cartouches : pour sauvegarder des centaines de giga-octets
- Architectures de stockage : les SAN à portée des PME

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages