Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SECURITE

Filtrer l'usage du web en entreprise

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par David Thévenon le 23/09/2002 - indexel.net
 

Le spam et les virus ne sont pas les seuls tares de l´internet. L´usage personnel du web au bureau représente aussi une importante source de coûts potentiels que les outils de filtrage se proposent d´éradiquer.

 

L´internet est-il un outil contre-productif ? C´est la question que soulèvent les résultats de deux enquêtes menées récemment. Selon Benchmark, près d´un salarié français sur quatre passerait plus d´une heure par jour à surfer au bureau pour des besoins personnels. Une proportion confirmée par Websense qui évalue cette "improductivité" à 4,14 milliards d´euros chaque année, uniquement pour la France. Si l´on ajoute les virus et le spam à ces mauvais usages, la messagerie et les sites web constituent une source de coûts potentiels que les entreprises se doivent de contrôler.

Si les chartes de "bonne conduite" responsabilisent une majorité de salariés, quelques réfractaires suffisent à pénaliser l´ensemble de l´entreprise en téléchargeant massivement des MP3 ou en se connectant sur des sites aux contenus douteux. La mise en oeuvre d´outils de filtrage permet alors de régler ce problème. Il en existe deux sortes. Les premiers se concentrent sur le filtrage des accès web : analyse du contenu des pages, base d´adresses IP et de noms de domaines prohibés, restriction de certains protocoles comme ceux utilisés par iMesh ou Windows Media Player. Les seconds se spécialisent dans le filtrage des protocoles liés à la messagerie : POP3 et SMTP. Ils bloquent les messages commerciaux non sollicités (spam) et les e-mails illicites (images pornographiques, etc.) avant que les utilisateurs ne les envoient ou ne les téléchargent. En mettant en oeuvre ces outils, les entreprises améliorent la productivité de leurs équipes tout en contrôlant leur image de marque. Elles peuvent en outre diminuer la bande passante consommée jusqu´à 40 %.

Filtrage du trafic web

AllegroSurf est un proxy filtrant qui bloque automatiquement les publicités et les pop-up. Il s´appuie sur le titre des pages ainsi que sur leurs meta-données pour bloquer l´accès aux sites pornographiques, sportifs, boursiers, etc. AllegroSurf permet de créer des groupes d´utilisateurs pour gérer différentes typologies de restrictions d´accès. Il est commercialisé un peu plus de 500 euros pour 250 utilisateurs.Internet Gateway de BVRP fonctionne sur le même principe et vaut 550 euros au- delà de 10 utilisateurs. Il propose en option une base de données d´adresses de sites prohibés - CyberNOT - pour 660 euros par an.

C´est d´ailleurs l´approche retenue par la majorité des outils de filtrage. SmartFilter de Secure Computing, Enterprise 4.x de Websense, WebSweeper de ClearSwift et WebFilter de SurfControl s´appuient en effet sur une base de millions d´adresses illicites pour filtrer les accès. Cette technique est particulièrement fiable mais nécessite en revanche une mise à jour permanente des URL à bloquer. Ils sont donc vendus sur la base d´une licence annuelle. Websense Enterprise est commercialisé environ 5600 euros pour 250 utilisateurs, WebSweeper 5 800 euros pour 250 utilisateurs, et Webfilter autour de 4 200 euros pour 250 utilisateurs.

Filtrage du trafic lié à la messagerie

Mail Warden de BVRP offre une protection complète contre les mauvais usages du mail. Il filtre les messages en analysant de nombreux paramètres tels que l´adresse IP ou le nom de domaine de l´émetteur et du destinataire, le contenu de l´entête, etc. pour prévenir le spam. L´antivirus associé analyse les pièces attachées et les place en quarantaine lorsqu´elles sont infectées. Mail Warden propose également un moteur de règles qui peut être utilisé pour filtrer les messages sortants. Il est commercialisé autour de 4 500 euros pour 250 utilisateurs.E-mailFilter de SurfControl se distingue par un moteur de règles très évolué et des dictionnaires de mots-clés interdits pré-paramétrés. Il embarque un moteur d´intelligence artificielle qui apprend peu à peu à distinguer le vocabulaire spécifique de l´entreprise pour ne pas rejeter n´importe quel e-mail.

MailSweeper de Clearswift repose également sur un moteur de règles. Il est capable d´inspecter n´importe quelle pièce jointe et de la déviruser le cas échéant. Le module optionnel Image Manager (ex Porn Sweeper) analyse les images et détecte automatiquement les contenus illicites. MailSweeper est commercialisé 5 800 euros pour 250 utilisateurs et Image Manager 1450 euros.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages