Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SECURITE, SUR LE TERRAIN

Forteresse normande pour échanges de données

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Burçin Gerçek le 23/04/2001 - indexel.net
 

La sécurité n´est pas réservée aux entreprises qui jonglent avec des données confidentielles. Pour Claude Billondeau (photo), du quotidien Paris Normandie, la protection des données est une question de survie : le journal doit se doter des boucliers pour être en kiosque le lendemain.

 

Transmission des documents via un réseau privé virtuel (VPN), cryptage des données, reconnaissance des adresses IP et surveillance des connexions : le dispositif de sécurité du quotidien régional Paris Normandie n´a rien à envier aux organismes de sûreté nucléaire. Pourtant, les données confidentielles ne constituent pas l´activité essentielle du journal. "Ce n´est pas la révélation des informations que nous traitons qui nous inquiète réellement", assure Claude Billondeau, responsable informatique.

"Le vrai problème serait un cas de piratage ou une attaque des virus qui peuvent créer des dégâts importants dans notre système. Cela peut empêcher le journal de sortir". Inimaginable pour un quotidien qui publie neufs éditions différentes tirées à 100 000 exemplaires. La sécurité devient alors une condition du bon fonctionnement de l´entreprise. Mais les échanges abondants de données entre 14 agences et 150 correspondants ne facilitent pas la tâche. "Avant de passer au VPN, nos agences transmettaient les articles via une connexion modem. En dehors de son aspect non sécurisé, cette solution nous revenait cher : nous devions payer des communications interdépartementales", explique Claude Billondeau.

Sécurité à plusieurs couches

L´entreprise étudie à l´époque les différentes modes d´échanges sécurisés, dont Frame Relay. "Mais nous avons conclu que c´était une solution deux fois plus chère que le VPN. Surtout, si un pirate arrive à trouver une faille dans le système, aucun cryptage ne protège les données", déclare le responsable. Le journal s´oriente alors vers une offre globale, composée de plusieurs couches de sécurité surveillées en permanence.Installé par la SSII Alphalink, le système de protection de Paris Normandie repose sur une multitude d´étapes d´identification. Les agences envoient les textes et les photos au siège du journal via un tunnel VPN crypté à 36 bits. Mais pas question de se connecter directement au réseau interne : les documents arrivent sur le serveur web de Paris Normandie et c´est un automate qui est chargé de les transmettre à la base SQL, après être passé par le firewall. Si l´adresse IP de l´utilisateur correspond à une adresse autorisée, bien entendu.

La protection est complétée par une surveillance à distance de toutes les connexions. Ce qui permet à Alphalink d´intervenir sur la configuration du firewall si elle constate une attaque. 30 tentatives d´intrusion ont été reportées depuis l´installation du système en mars 2000. "Nous recevons un rapport détaillé sur toutes les entrées et sorties dans le système, y compris le flux des courriers électroniques", précise Claude Billondeau. Les salariés sont informés de cette surveillance qui vise à empêcher "les fuites".L´installation du système de protection a coûté 200 000 F à l´entreprise. Les rapports de sécurité sont compris dans le prix de la maintenance qui revient à 3000 F par mois. "Ce n´est pas notre métier de surveiller en permanence les attaques externes et les faiblesses internes", souligne Claude Billondeau. "Avec une société spécialisée, nous espérons prendre toutes les précautions nécessaires".

Paris Normandie

Le quotidien traite l´actualité de trois départements : Yvelines, Eure, Seine-Maritime. Effectifs : 300 personnes.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages