Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SECURITE, SUR LE TERRAIN

La Société d'Autoroutes Paris Rhin Rhône améliore sa voirie numérique

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Jérôme Saiz le 02/04/2003 - indexel.net
 

D´une simple connexion à internet peu protégée, la Société d´Autoroute Paris Rhin Rhône à décidé de s´équiper d´une véritable architecture Internet sécurisée. Le projet a pris un an et demi et coûté 300 000 euros, mais la SAPPR dispose désormais d´un réseau à trois volets qu´elle maîtrise entièrement.

 

"Nous sommes connectés à de nombreux partenaires, parmi lesquels le Ministère des Transports, qui nous a un jour fait comprendre que nous pourrions être mieux sécurisés", se souvient Jean-Luc Anthonioz (photo), responsable du service réseaux et télécoms de la SAPRR.
Il est vrai que si l´unique routeur qui assurait la connexion Internet de la société remplissait bien son office (translation d´adresses, pas de connexions entrantes), il s´agissait d´une solution difficile à ouvrir à l´ensemble des partenaires de façon fiable. Décision est alors prise de créer une véritable architecture sécurisée.

"Il a fallu avant tout commencer par une démarche de sensibilisation auprès de notre direction, afin de leur montrer l´intérêt d´un tel projet et les possibilité que l´on pourrait en tirer [en termes de nouveaux besoins, ndlr]. Car avant de créer l´architecture, on a besoin de l´appui de la direction, par exemple pour faire respecter une politique de sécurité", complète Rémi Coat (photo ci-dessous), assistant télécoms et expert sécurité maison. Cela aura pris trois mois au service réseaux pour créer un dossier de présentation du projet, former et informer la direction de l´entreprise et obtenir, finalement, son soutien complet.

L'implication totale de la direction informatique

"Nous avons ensuite commandé une étude à la société Nextira One, afin de définir précisément nos besoins, rédiger un appel d´offre et nous aider dans le choix du prestataire. Il était clairement indiqué qu´elle ne pourrait pas répondre par la suite à l´appel d´offre qui serait réalisé à partir de ses travaux. Cela a pris six mois à une équipe de trois ou quatre consultants, qui sont passés partout et ont posés des questions à tout le monde", poursuit Jean-Luc Anthonioz en précisant que si les utilisateurs ne sont pas dérangés durant l´étude, la direction informatique, elle, doit être impliquée et s´attendre à y consacrer du temps, que ce soit pour les réunions spécifiques ou tout simplement le suivi des travaux. Une fois l´étude rendue, la consultation est lancée dans un format libre : aucun produit n´y est cité, seulement des besoins fonctionnels. "Nous n´avons pas voulu fixer les produits, car un intégrateur peut toujours avoir de meilleures propositions que ce que nous aurions pu imposer dans l´appel d´offre", explique Rémi Coat.

Un tiers du budget consacrés à l'étude et au conseil

Cette approche, bien que plus efficace, exige cependant plus de compétence technique au moment de l´analyse des réponses. La Société d´Autoroutes s´est assurée pour cela les services de Nextira One aussi durant la sélection du prestataire. Sur dix réponses à la consultation, sept étaient identiques en terme d´architecture et de produits et trois étaient plus originales (des produits plus exotiques ou une architecture différente...). En shortlist, face à la proposition d´Apogée Communications, plus originale, c´est celle de Cyber Networks qui a été choisie. Bien que de facture classique, elle avait le mérite d´être la moins chère et d´intégrer un service de Reverse SMTP, une architecture de messagerie sécurisée propre à l´intégrateur.Après un mois d´intégration, l´architecture est parfaitement opérationnelle. La Société d´Autoroutes Paris Rhin Rhône est ainsi passée d´un simple routeur à une architecture en "Y", qui la connecte à la fois à Internet et à ses partenaires privilégiés. Elle utilise trois pare-feux, dont deux de marque différentes, ainsi qu´une passerelle antivirus Trend Micro. L´ensemble fonctionne sur des serveurs Windows, par souci de compétence interne. L´opération a coûté 300 000 euros au total, dont un tiers a été consacré à l´étude et au conseil. Un investissement qui a sans doute facilité grandement le déroulement du projet et permis à SAPRR de se former par la même occasion.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages