Mardi 12 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE, SUR LE TERRAIN

Bonduelle : 15 applications métier fédérées par un EAI

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 13/06/2007 - indexel.net
 

Le leader mondial des légumes transformés a réussi son projet de refonte du système d'information, grâce à un EAI dont le rôle a été étendu au delà de la migration.

 

C'est l'éternelle histoire du poids écrasant de l'existant sur lequel risque toujours de buter un projet de refonte totale d'un vieux système d'information. Dans le cas de Bonduelle, cet existant était particulièrement complexe et disparate, notamment à cause de la diversité des activités et des rachats successifs. Il est décidé en 2002 que la migration de ce système dont le coeur était basé sur une application sur HP 3000, serait réalisée à l'échelle européenne, pays par pays, sur plusieurs années. Une telle démarche progressive impose la cohabitation prolongée des anciennes et des nouvelles applications. Parmi ces dernières figure dans un premier temps un ERP d'origine JDEdwards (depuis rentré dans le giron d'Oracle), fonctionnant sur AS/400.

Des contraintes temps réel de une à deux secondes

"Plutôt que de réaliser des interfaces point à point avec chaque pays et application, nous avons décidé de recourir à une plate-forme EAI pragmatique, éprouvée et solide", raconte David Decovemacker, responsable des systèmes d'information. Cet EAI (Enterprise Application Integration) devait être capable de réaliser des échanges au fil de l'eau avec la plupart du temps une contrainte temps réel de l'ordre de une à deux secondes. La nécessité d'avoir, dans toutes les applications, des données fraîches, excluait en effet les mises à jour nocturnes par traitements batchs. Il devait également offrir une véritable fonction de supervision des flux d'informations.

Parmi les quatre produits d'EAI étudiés, celui de Sunopsis est jugé insuffisamment puissant en matière de capacité d'aiguillage. "Les offres de WebMethods et Tibco étaient quant à elles séduisantes mais inabordables", se souvient David Decovemacker (photo). Finalement, l'offre Synchrony du français Axway est la seule des quatre répondant aux besoins pour un coût raisonnable. En l'occurrence, celui de la licence est de 120 000 euros. Cet investissement sera amorti uniquement sur le projet de migration, qui ne fut pas le seul. "Nous avons rapidement décidé que toutes les interfaces entre les nouvelles applications passeraient systématiquement par cette plate-forme", explique David Decovemacker. Certaines applications métiers ont été conservées tandis que de nouvelles sont arrivées. Aujourd'hui près d'une vingtaine tournant sous Unix ou Windows communiquent entre elles via l'EAI.

Un déploiement entièrement centralisé

La plate-forme EAI est déployée sur un serveur Windows Server 2003 installé dans un datacenter géré par Stéria, qui accueille tous les systèmes de l'entreprise. En fait, deux moteurs de traitement se côtoient, respectivement dédiés aux flux prioritaires nécessitant une mise à jour temps réel et aux échanges pouvant attendre quelques minutes. Les interfaces elles-mêmes sont développées en interne, à ceci près qu'il s'agit d'un personnel en régie, stratégie d'externalisation oblige. "Le développement est rapide à maîtriser mais la couche de transport, basée sur un protocole propriétaire d'échange de fichiers, se révèle plus complexe à mettre en oeuvre", note David Decovemacker.

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages