Vendredi 20 octobre 2017
NASDAQ : 6629.3242 24.3911   nasdaq0.37 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT, SUR LE TERRAIN

Gestion de contenu web : les choix du Centre d'information sur l'Europe

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 05/07/2006 - indexel.net
 

Le Centre d'information sur l'Europe a choisi l'outil de gestion de contenu web Typo 4 pour réaliser et déployer son site web. Au-delà de la gratuité, ce logiciel libre a séduit pour sa capacité à gérer des sites complexes tout en laissant une latitude importante dans la définition de la présentation.

 

Groupement d'intérêt économique financé par la communauté européenne, le Centre d'information sur l'Europe (CIE) a pour mission d'informer le public au travers d'un portail sur internet. Très vite, le choix technologique central s'oriente vers un outil de gestion de contenu web en open source. "C'était moins une question de coût que d'interopérabilité et de facilité d'accès aux mises à jour. De plus, les logiciels libres sont bien testés par la communauté des développeurs", estime Benoît Thieulin, administrateur du site. Dans un premier temps, ce dernier envisage d'adopter SPIP, un outil avec lequel il avait déjà travaillé. Mais il lui préfère finalement Typo 3, jugé mieux adapté à un portail comportant six sites dont chacun possède sa propre page d'accueil.

 

"Typo 3 permet naturellement de présenter de différentes façons un même contenu. Ainsi, alors qu'il faut installer SPIP pour chaque site, une seule instance de Typo 3 suffit à en gérer plusieurs, éventuellement imbriqués, avec une gestion unifiée des droits. De plus, les automatismes peuvent être débrayés", précise Benoît Thieulin. Ce second point se traduit par des contraintes moindres et une latitude plus importante dans la personnalisation. "Aucun site Typo 3 ne ressemble à un autre, alors que ceux qui sont réalisés sous SPIP possèdent tous plus ou moins la même structure", complète Christophe Delauve d'Onext Content System.

 

Des modules flexibles assemblés dans des gabarits

 

Le principe de base des outils de gestion de contenu web consiste à séparer la présentation et le contenu. Typo 3 stocke ce dernier dans une base MySQL. Côté présentation, la structure des pages est décrite dans des gabarits. Or, Typo3, contrairement à d'autres outils, n'en fournit aucun. Leur développement a été confié à Onext Content System dans le cadre d'une collaboration étroite avec l'équipe du CIE, qui compte 15 personnes. Les plus complexes ont été écrits en langage PHP. Les autres ont été réalisés grâce à une extension de Typo 3 baptisée Templavoila qui permet de partir d'un schéma graphique dans lequel on dépose des contenus génériques. Ces gabarits sont complétés par des feuilles de style CSS 2 qui spécifient les polices de caractères, leur taille ou encore, les couleurs.

 

"Ces feuilles ont également été écrites par Onext mais un transfert de compétences va nous permettre d'être autonomes", précise Benoît Thieulin (photo). D'ores-et-déjà, le webmestre possède une certaine maîtrise sur la mise en page car Typo 3 permet de composer à la volée des pages grâce à des petits contenus flexibles que l'on assemble dans un gabarit existant. "Ces modules préalablement développés en PHP intègrent par exemple un texte et une image, une liste de fichiers téléchargeables ou encore une animation flash", ajoute Christophe Delauve.

 

De nouvelles extensions reversées à la communauté

 

Malgré la disponibilité de 1400 extensions, Typo 3 ne répondait pas à tous les besoins du site. En particulier, il manquait un agrégateur de flux RSS et un générateur de fichiers PDF, que Onext a développé avant de le reverser à la communauté. Il fallait également des outils permettant aux internautes de s'exprimer. Ces fonctions seront remplies par des logiciels payants signés Kartoo et Cognito, qui gèrent notamment des forums et des sondages en ligne. Un autre éditeur, Trivium, sera mis à contribution pour son moteur d'analyse sémantique des réponses aux questionnaires et sondages. Le coût du projet a atteint 150 000 euros dont moins d'un tiers pour le développement et l'intégration (voir tableau ci-dessous).

 

La répartition des coûts du projet

 

Prestation
Fournisseur
Coût
Logiciel de gestion de contenu web (Typo 3)
Logiciel libre
gratuit
Développement et intégration du site
Onext Content System
45 000 euros
Animation flash
Kunkfuyoga
30 000 euros
Charte graphiqueGraphiste indépendant25 000 euros
Licences des logiciels d'expressionKartoo, Cognito et Trivium50 000 euros
Total150 000 euros

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages