Dimanche 22 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SUR LE TERRAIN

Green IT : l'offre de services s'organise

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 04/03/2009 - indexel.net
 
Feuille.verte.symbolisant.le.Green.IT

Formation, audit, accompagnement, mise en œuvre : de plus en plus de prestataires "verts" aident les DSI à faire des économies tout en respectant l'environnement. Panorama des premières offres françaises.

 

Les chiffres sont désormais connus. L'informatique génère 2 % des émissions de gaz à effet de serre et la consommation électrique des systèmes d'information des entreprises doublera d'ici 2020 si aucune mesure n'est prise d'ici là. Sans compter les 150 millions de PC mis au rebut chaque année dans le monde, engendrant une très forte pollution s'ils ne sont pas retraités correctement. Face à cette situation, la communauté européenne a durci sa position avec des directives de plus en plus contraignantes pour les responsables informatiques : RoHS, WEEE, EuP, etc.

Réduire l'empreinte écologique

Les DSI passent donc à l'action. 46 % des entreprises ont déjà déployé un projet visant à réduire l'empreinte écologique de leur système d'information. Pour l'instant, l'écologie est souvent la conséquence d'une démarche... économique. "Le système d'information représente 20 % à 30 % du poste énergétique des entreprises. Et il est en forte croissance. Les DSI cherchent donc prioritairement à réduire ce coût", indique Adrien Porcheron (photo), DG adjoint de dotgreen, un des spécialistes français de l'informatique verte.

L'offre des SSII "vertes" s'articule autour de cinq étapes clés. "Sensibiliser et former, identifier les principaux impacts de l'activité et des équipements sur l'environnement, puis concevoir et planifier les actions à mettre en œuvre", énumère Benoît Varin, gérant de Tic Ethic, société de conseil en développement durable et en nouvelles technologies. Les deux dernières étapes consistent à mettre en œuvre les solutions et à mesurer les bénéfices réels en termes économiques et écologiques.

La formation avant l'action

"Il faut commencer par sensibiliser les utilisateurs et approfondir les connaissances des porteurs de projets avant de passer à l'action", confirme Raphaël Ducasse (photo), directeur général de Evea Group qui propose une formation au Green IT, comme dotgreen. Enfin, certains acteurs comme TIC Ethic, en plus de l'organisation de séminaires sur le sujet, proposent des formations en développement durable avec une spécialisation dans la gestion des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE).

Pour passer plus rapidement de la phase de sensibilisation aux projets concrets, la plupart des prestataires ont développé des outils d'audit du système d'information. Ainsi, dotgreen propose un test poussé d'éligibilité à la virtualisation, Capaciti un questionnaire pour identifier les principales sources d'économies, Evea Group pratique des bilans carbone certifiés par l'ADEME, TIC Ethic un diagnostic développement durable centré sur les déchets, Osiatis un audit complet du système d'impression, etc. Ce bilan initial permet de dégager les actions à mettre en œuvre en priorité. Elles portent le plus souvent sur trois périmètres - le centre informatique, les postes de travail, les impressions - et selon deux axes : la réduction de la facture électrique et le respect des normes liées aux DEEE.

Tableaux de bord et indicateurs de performance énergétique

À l'issu de cette phase d'audit, certains prestataires constituent des tableaux de bord Green IT qui agrègent des indicateurs clés tels que les émissions de CO2 du système d'information, la consommation électrique par département, le nombre de ramettes de papier consommées par employés, etc. "Il ne suffit pas de 'mesurer une première fois'. Il faut ensuite auditer, tracer et surveiller dans le temps les indicateurs de performance énergétique du système d'information pour s'assurer que l'on atteint bien les objectifs", précise Adrien Porcheron. dotgreen a donc mis au point un logiciel de suivi. TIC Ethic propose aussi des tableaux de bord en développement durable et Osiatis des tableaux de bords plus axés sur les impressions.

La plupart des acteurs (Capaciti, dotgreen, Evea Group) se concentrent sur les centres informatiques. "Nous évaluons la consommation électrique des équipements informatiques ainsi que des flux thermiques pour proposer une ré-urbanisation physique de la salle", illustre Jacques Foucault (photo), directeur général de la SSII Capaciti. La consolidation des serveurs physiques au travers de la virtualisation réduit de 30 % la consommation électrique et les émissions de gaz à effet de serre du centre informatique.

Gérer l'alimentation électrique des postes de travail

La mise en place d'outils de gestion de l'alimentation électrique du parc de postes de travail (mise en veille, etc.) réduit jusqu'à 40 % la facture électrique. Ce périmètre est aujourd'hui bien couvert par les éditeurs d'outils spécialisés. Certains acteurs aident leurs clients à "acheter vert" à l'aide d'éco-labels et à concevoir de nouvelles architectures techniques (client léger de DotRiver par exemple) pour allonger la durée de vie des postes de travail tout en réduisant la consommation électrique.

Suite de l'article.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages