Jeudi 21 août 2014
NASDAQ : 4527.841 1.288   nasdaq0.03 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

SUR LE TERRAIN

RSE : Lafarge partage les bonnes pratiques

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marion Lecomte le 29/02/2012 - indexel.net
 
Lafarge-partage-bonnes-pratiques-grace-RSE

Einstein est le nom du réseau social d’entreprise de la division Béton et Granulats du groupe Lafarge. Son objectif : conserver et enrichir les bonnes pratiques. Le projet en cinq étapes.

 

Étape 1 : La vision, une volonté de « déhiérarchiser » le partage

Depuis 2006, la division utilisait IBM Lotus Domino, une solution connectée à l'intranet avec une gestion "top to down" de l'information. "Cette organisation pyramidale pénalisait in fine les transferts de savoirs entre pays", se souvient Jean-Luc Abelin, Knowledge Manager de Lafarge.

Les objectifs affichés restent simples, presque "universels" : gagner en performance, conserver et enrichir les savoir-faire, identifier les bonnes pratiques développées localement qui peuvent être répercutées à l'échelle internationale. Avec 13 500 utilisateurs potentiels répartis sur 28 pays, la problématique linguistique est également prégnante. "L'ancienne solution imposait un partage en anglais et français uniquement, excluant ainsi une partie de nos collaborateurs", souligne Jean-Luc Abelin.

Etape 2 : Les hommes

Un projet de cette envergure est tout aussi technique qu'humain. Un responsable du Knowledge Management et des "champions" internes voient donc le jour afin d'animer et inciter au partage. Au total, 600 personnes sont en charge de l'animation et de la remontée d'information avec une organisation par pays. "Nous nous sommes confrontés à de nombreux freins : le manque de temps, d'envie, de reconnaissance... Les barrières culturelles existent aussi avec, en tête, celles du ‘copier c'est pas bien'. L'école nous a inculqué l'image d'un comportement déviant alors qu'au contraire, en entreprise, copier c'est gagner du temps", rappelle Jean-Luc Abelin.

Étape 3 : L'outil, Knowledge Plaza

Jean-Luc Abelin Groupe LAFARGELa rédaction du cahier des charges demande huit mois. "Avec notre expérience, nous avions plusieurs d'attentes : un puissant moteur de recherche de type Google, le transfert des 2 500 bonnes pratiques existantes, une intégration dans notre intranet avec le Single Sign On (SSO), un facilité d'ajout ou de modification de documents, une interface et un moteur multilingue, la gestion individuelle des profils, un management poussé des communautés...", énumère Jean-Luc Abelin (photo). L'outil Knowledge Plaza remporte la compétition.

Étape 4 : Lancement et formation

Quatre mois de déploiement plus tard, Einstein est lancé auprès de toute la cible avec une grande opération de teasing. Formation, publication d'un "quick guide" basique et pédagogique... les utilisateurs font l'objet d'une communication particulière. Chaque mois, deux newsletters publiées en huit langues prodiguent conseils et explications sur les usages et fonctionnalités de la plate-forme.

Étape 5 : Communication, information, promotion, motivation

Recourir à tous les leviers de motivation possibles s'inscrit au cœur de la stratégie de Lafarge. "Depuis plusieurs années, nous travaillons sur l'implication des utilisateurs dans le partage de connaissances. Face à un nouvel outil, nous devons faire en sorte qu'ils aiment l'outil et qu'ils s'en servent. Au-delà des gimmicks, nous utilisons des leviers de motivation segmentés (éducation, culture ou « géopolitique »...)". Chasse au trésor, reconnaissance trimestrielle des auteurs des meilleures "best practices"... la communication est constante. "Tout est réalisé en interne par nos services. Les gains réalisés représentent un budget annuel de 4 000 €", explique Jean-Luc Abelin.

En cinq mois, Einstein devient l'outil de référence au sein du groupe. "Nous avons reconquis plus de 60 % des utilisateurs de l'ancien outil. La soumission de best practices enregistre une croissance de 25 %, le nombre moyen de documents consultés 35 %. Les managers se sont approprié l'outil. Désormais, notre attention va se porter sur les non utilisateurs en essayant de comprendre et de désamorcer les points bloquants", conclut Jean-Luc Abelin.

En savoir plus : Trois questions à Jean-Luc ABELIN sur le blog de Knowledge Plaza 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages