Samedi 21 octobre 2017
NASDAQ : 6629.0532 23.9863   nasdaq0.36 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE, SUR LE TERRAIN

Le Greffe du Tribunal de Commerce de Paris opte pour un centrex IP

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 11/05/2005 - indexel.net
 

Devant remplacer son vieux PBX, le Greffe du Tribunal de Commerce de Paris a opté pour le service de centrex IP de la société Prosodie, à la fois pour réduire ses coûts, mieux intégrer son serveur vocal interactif et bénéficier des promesses de la téléphonie sur IP. Philippe Bobet, greffier associé, commente ce choix.

 

Le Greffe du Tribunal de Commerce de Paris avait deux bonnes raisons de refondre son système de téléphonie. Tout d'abord, il était nécessaire de mieux l'intégrer avec un serveur vocal interactif (SVI) hébergé par la société Prosodie. Ce serveur qualifie les quelque mille appels reçus par jour et oriente certains d'entre eux vers deux standardistes. D'autre part, le PBX parvenait en fin de cycle. "Nous craignions d'autant plus d'éventuels problèmes techniques que chez notre prestataire, une seule personne était compétente sur cet équipement. Mais le remplacer par un produit équivalent n'aurait présenté aucune valeur ajoutée", explique Philippe Bobet (photo ci-dessus), greffier associé.

 

Moins de maintenance et une facture unique

 

Il expose alors cette problématique à Prosodie qui venait de lancer une offre de centrex IP, synonyme d'externalisation totale. Les promesses de la téléphonie sur IP séduisent alors le Greffe. Quant au coût, il est jugé équivalent à celui d'un PBX. "Mais nous aurions moins de maintenance et nous bénéficierions d'une facture unique", argumente Philippe Bobet. La nécessité d'intégrer ce service avec le SVI oriente le choix sur Prosodie plutôt que vers des offres concurrentes comme celle de France Télécom, rapidement étudiée. Cette intégration représentera un projet assez lourd mais interne à Prosodie.

 

Telle fut la première raison pour laquelle le déploiement s'étalera jusqu'à fin mai 2005, bien que la décision ait été prise en septembre 2004. La seconde raison : le réseau local existant n'était pas en mesure de supporter les nouveaux flux. Les commutateurs n'étaient pas en cause mais la nécessité de créer un VLAN imposait l'installation de prises à quatre fils. "Le bâtiment étant classé monument historique, les nouveaux fils devaient emprunter des chemins existants. Cette contrainte difficile à respecter a compliqué la tâche. Nous avons ensuite dû vérifier que la bande passante était disponible de bout en bout", précise Igor Iksil, responsable du projet chez Prosodie.

 

Vers l?abandon des abonnements France Télécom

 

Restait à déployer la solution d'IP centrex. Par définition, l'essentiel d'un tel service est hébergé chez le prestataire. En interne, des téléphones (IP10 S de Swissvoice) sont progressivement connectés sur les nouvelles prises Ethernet. Fin mai, leur nombre aura atteint 260. De plus, le réseau local a été relié à la plate-forme de Prosodie via deux liaisons louées de 2 Mbit/s chacune. Enfin, une passerelle a permis de relier les six télécopieurs. "L'utilisation des téléphones IP étant très intuitive, aucune formation n'est nécessaire. D'autant que nous avons repris les numéros abrégés dédiés aux appels internes", se réjouit Philippe Bobet. Durant le premier mois d'exploitation, des problèmes d'écho et de hachage de la voix ont été constatés. "Ils ont été résolus mais nous attendrons d'avoir quelques mois de recul pour résilier nos abonnements France Télécom et abandonner l'ancienne infrastructure", annonce prudemment Philippe Bobet.

 

L'intégration avec le SVI a considérablement réduit le délai de latence (qui dépassait souvent la minute) entre la réception d'un appel et son aiguillage. De plus, ces appels sont désormais automatiquement dispatchés vers six opérateurs et vingt collaborateurs, en fonction de leur disponibilité et de leurs compétences. Hormis ce volet centre d'appels, les fonctions de téléphonie ont été simplement reproduites à l'identique. "Mais nous sommes très intéressés par la mise en oeuvre du couplage avec Oultook, notamment pour la gestion des appels sortants et la messagerie unifiée", ajoute Philippe Bobet.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages