Mercredi 13 décembre 2017
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MANAGEMENT, SUR LE TERRAIN

Renault F1 Team : la vitesse, sur le web aussi

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Françoise Payen le 03/01/2007 - indexel.net
 
Cvd_renault_f1team

L'écurie de Formule 1 s'est dotée d'un outil de gestion de contenus web pour fournir aux internautes plus d'informations, plus ciblées, plus vite...

 

C'est en 2003, à l'occasion de la refonte de son site, que Renault F1 Team, filiale de Renault qui compte 800 salariés, décide de développer l'information en temps réel. "Très vite, l'outil de gestion de contenu propriétaire dont nous disposions a nécessité des ajustements. Il nous était notamment difficile de procéder aisément aux ajouts de contenus visuels. Or, pour un site comme le notre, il est indispensable d'intégrer des informations en temps réel, en particulier lors du déroulement des Grands Prix de Formule 1", explique Véronique Bontemps, chef de projet opérationnel pour le site Internet officiel de l'écurie Renault F1 Team.

 

Mise en ligne en temps réel, en toute autonomie

 

La société se dote alors d'un outil de gestion de contenus pouvant répondre à cet objectif de réactivité en même temps qu'à des critères comme le multilinguisme. Son choix se porte sur la solution du néerlandais Tridion. "Grâce cet outil, nos attachés de presse peuvent mettre en ligne directement leurs communiqués depuis leur bureau ou depuis les circuits où se déroulent les courses. Les délais étant très courts, ils n'ont pas le temps de travailler avec des techniciens", remarque Véronique Bontemps (photo).

 

Côté déroulement du projet, les délais sont également serrés. "Du benchmark à l'intégration technique par notre partenaire Caradisiac, la mise en place a duré trois mois et mobilisé quatre personnes : un consultant pendant 15 jours, un chef de projet, un intégrateur et un développeur". Par la suite, de nouveaux services liés à la sphère web 2.0 ont été ajoutés. En 2005 apparaissent ainsi les podcasts, vidéos flash et le son MP3. Puis, en 2006, la communauté Renault F1 Team est activée.

 

Mutualisation des contenus

 

La solution de Tridion a permis à Renault F1 Team d'homogénéiser et de coordonner l'information de l'écurie, disponible dès le départ dans cinq langues (Français, anglais, allemand, espagnol, italien). Cette structure de site unique pour la gestion et la distribution du contenu éditorial se traduit par des économies substantielles. Le système gère en outre les variantes propres à chaque version. Il est ainsi possible de tenir compte des législations en vigueur dans chaque pays, comme par exemple l'interdiction de la publicité sur le tabac en France.

 

L'outil a été repris par Renault Sport Technologie (RST), l'organisateur du championnat World Series by Renault, à l'occasion de la refonte de son site en 2004. Puis, dans le cadre du partenariat avec le championnat GP2 Series (qui remplace la formule 3000), il a été utilisé pour la création du site Internet officiel de cette compétition. "Pour les sites RST et GP2, les développements et les codes sources du site Renault F1 Team ont été repris facilement. Et, grâce au standard web XML, nous avons pu adapter certains éléments en Flash qui avaient été développés pour le site renaultF1.com", note Véronique Bontemps. Aujourd'hui, Il reste une architecture commune aux trois sites, bien que les contenus éditoriaux et les chartes graphiques diffèrent.

 

Communication personnalisée et analyse comportementale

 

Renault F1 Team, dont le site a reçu pas moins de sept millions de visites en 2005, a aussi souhaité personnaliser sa communication. "Le module d'e-mailing de Tridion, TMCS, nous permet de viser séparément nos trois cibles principales - partenaires, medias et grand public - et d'adresser à chacune des e-newsletters spécifiques en fonction de leurs attentes. Et, bien que nous ayons essuyé quelques plâtres au début, en raison de la jeunesse de l'outil, TMCS s'est révélé particulièrement efficace car adapté à cette segmentation d'envois", estime la chef de projet. Seul bémol, le support client. Basé aux Pays-Bas, il doit être contacté par e-mail ou téléphone et ne permet pas toujours d'obtenir des réponses dans le délai souhaité. Enfin, côté budget, pour l'acquisition du logiciel, son installation, la formation et la maintenance, il faut tabler sur une facture minimum de l'ordre de 100 000 euros, celle-ci pouvant varier en fonction du nombre de modules retenus, notamment pour les analyses comportementale et statistique.

 

 
Partager :
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages