Mardi 24 octobre 2017
NASDAQ : 6586.8262 42.2271   nasdaq0.64 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

MATERIELS, SUR LE TERRAIN

Virtualisation de PC et d'applications : Rennes 2 simplifie les déploiements

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Thierry Lévy-Abégnoli le 25/06/2008 - indexel.net
 
Cvd_virtualisation_pc

L'université Rennes 2 réduit à sa plus simple expression l'effort de déploiement des applications et des PC en combinant virtualisation et streaming.

 

Depuis deux ans, les technologies de streaming et de virtualisation des postes de travail, des applications et du système d'exploitation font beaucoup parler d'elles. L'université Rennes 2 les a toutes déployées sur quelques centaines de postes. "Nous cumulons la virtualisation des PC sur des serveurs VMware, la virtualisation et le streaming d'applications avec ThinStall, ainsi que le streaming de système d'exploitation avec Ardence", explique Humberto Duarte, directeur adjoint du centre de ressources informatiques de l'Université de Rennes 2.

Si cet empilement peut ressembler quelque peu à une usine à gaz, il réduit à son strict minimum le déploiement de nouveaux postes et applications, puisqu'il suffit pratiquement de connecter un client léger au réseau et de spécifier les droits des utilisateurs par rapport aux différentes applications. Dix-huit mois se seront écoulés entre la décision et la mise en production, délai durant lequel chaque technologie a été choisie et testée.

Virtualisation du poste de travail : VMware s'est imposé

Pour la virtualisation du poste de travail, l'hyperviseur de VMware était en 2006 pratiquement incontournable. Le logiciel a été associé à un broker d'origine LeoStream. Concrètement, un pool de PC virtuels est créé sur un châssis de lames. L'affichage de ces PC est déporté sur des clients légers Wyse via le protocole RDP. Lorsqu'un utilisateur se connecte, il passe par le broker qui l'identifie et lui attribue un PC virtuel. Ce dernier reste, à ce moment là, une coquille vide.

Streaming de système d'exploitation : Ardence pratiquement sans concurrents

Dans un second temps, le système d'exploitation Windows est chargé en mode streaming dans la machine virtuelle pratiquement dénuée de disque dur, par un serveur accueillant la solution Ardence (rentrée, depuis, dans le giron de Citrix). A ce stade, le PC virtuel est en ordre de marche sans qu'aucun clonage ni déploiement matériel ou logiciel n'ait été nécessaire.

Virtualisation d'applications : ThinStall préféré aux solutions Microsoft et Altiris

Il ne reste plus qu'à installer les applications pour lesquelles l'utilisateur est habilité. Et là encore, les méthodes classiques de télédistribution et de copie d'images ont été, par expérience, jugées trop contraignantes. Le service informatique leur a préféré une virtualisation des applications qui ne laisse en principe aucune empreinte sur les PC tout en résolvant les conflits de DLL. Après des tests approfondis, SoftGrid de Softricity, depuis racheté par Microsoft, a été écarté, notamment car il imposait le déploiement d'une infrastructure serveur. SVS d'Altiris a été pour sa part éliminé car, faute d'une véritable virtualisation, il laissait quand même une empreinte et imposait la création de filtres afin d'éviter la perte de fichiers de données (un problème depuis résolu par l'éditeur).

ThinStall, récemment racheté par VMware, évitait ces écueils. "Un simple fichier exécutable suffit à installer et lancer une application dans un PC virtuel. Nous le plaçons en partage sur un serveur CIFS qui se comporte ainsi comme un serveur de streaming", explique Humberto Duarte (photo). Cette solution permet en outre de restreindre l'exécution de ces packages en les associant à des droits d'utilisation dans Active Directory. Aujourd'hui déployée sur quatre vingt PC virtuels, cette architecture va être progressivement étendue à la majorité des deux mille postes que compte l'université. Quelques dizaines de PC dédiés aux chercheurs resteront toutefois traditionnels. "La virtualisation est en effet mal adaptée aux applications techniques et scientifiques. De plus, les chercheurs souhaitent conserver un contrôle total de leurs machines", précise Humberto Duarte.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages